Infrastructures : l'État repousse ses grands projets après 2030

le
0
Le gouvernement hiérarchise ses priorités. Il garantit au moins 2 milliards d'euros d'investissement dans le transport.

Enterrés, les grands projets pharaoniques de transport à plusieurs milliards d'euros. Ce jeudi, la commission «Mobilité 21» remet son rapport, censé définir des priorités parmi les 70 projets d'infrastructures (pour un montant total de 245 milliards d'euros) poussés par les élus et collectivités locales. Leur tri a été particulièrement sélectif.

La commission n'a pas retenu le canal Seine-Nord-Europe. Impossible de dégager 7 milliards d'euros pour 106 kilomètres de canal reliant Compiègne à Cambrai. D'autres projets sont repoussés après 2030, voir 2050. Parmi les plus emblématiques, la ligne Lyon-Turin repoussée après 2030. C'est un projet à 25 milliards d'euros minimum, dont trois doivent être déboursés par la France pour la construction du tunnel de base, dont le coût total avoisine 8,5 milliards d'euros. Le chantier a pourtant démarr...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant