INFOGRAPHIES. Le Bourget : Airbus et Boeing terminent au coude-à-coude

le
0
INFOGRAPHIES. Le Bourget : Airbus et Boeing terminent au coude-à-coude
INFOGRAPHIES. Le Bourget : Airbus et Boeing terminent au coude-à-coude

C'est à chaque fois la même histoire, avec les mêmes protagonistes. Le salon du Bourget (Seine-Saint-Denis) a encore été le théâtre cette semaine d'un affrontement sans merci, à coup de commandes géantes, entre les deux navires amiraux de l'aéronautique mondiale, Airbus et Boeing. Jeudi, au terme de la dernière journée purement «professionnelle» du salon aéronautique, qui ouvrira vendredi au public, c'est l'avionneur européen qui a fini la course en tête, avec près de 70 milliards de $ de commandes, dont plus de 39 en commandes fermes, contre un peu plus de 60 mds $, dont 38 fermes pour Boeing.

Après un début d'année très difficile avec des incidents en série, l'Américain s'est bien repris et se permet donc de talonner son rival européen sur son terrain et le bat même sur le secteur des nouveaux long-courriers en matériaux composites, Boeing ayant remporté plus de commandes pour son 787 Dreamliner qu'Airbus pour son dernier-né, l'A350XWB. Mais ce dernier est resté l'incontestable vedette du salon, qu'il devait survoler vendredi.

Découvrez en infographie la bataille des carnets de commandes...

INFOGRAPHIES. Qui est en tête du duel des commandes?

Grande victoire des petits constructeurs

Les constructeurs d'avions régionaux ont battus leurs records de commande cette année. L'E2, nouvelle génération de la famille E jets du brésilien Embraer, a été l'une des vedettes du show. Son lancement a en effet été assorti d'une commande ferme de 100 appareils par la compagnie Skywest. «Le salon de Paris-Le Bourget a été un très bon salon pour Embraer (...) Il montre le succès de la famille Ejet. C'est le meilleur salon de ces dix dernières années, a déclaré Paulo Cesar Silvo, président de la division aviation commerciale. Sur le segment des 30-120 sièges, Embraer détient 40% de parts de marché contre 29% pour son concurrent canadien Bombardier, dont le CSeries a été le grand absent du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant