INFOGRAPHIES. Faut-il avoir peur du virus Zika ?

le
0
INFOGRAPHIES. Faut-il avoir peur du virus Zika ?
INFOGRAPHIES. Faut-il avoir peur du virus Zika ?

Le moustique-tigre, qui progresse vers le nord sur le territoire français, n'a pas fini de mettre le monde en émoi. Vecteur de la dengue et du chikungunya, il l'est aussi pour un autre virus, Zika, qui essaime depuis quelques mois à grande vitesse, au gré des piqûres des femelles moustiques du genre Aedes, au point de semer la panique en Amérique du Sud, d'affoler le nord du continent, et d'être observé de près par les autorités sanitaires mondiales...

C'est quoi ce virus ? En apparence moins méchant qu'une grippe, Zika ne faisait jusqu'alors pas bien peur, rangé dans la catégorie des maladies plutôt bénignes. Dans près de 80 % des cas, les personnes qui s'en trouvent infectées ne le savent même pas, souligne l'Institut Pasteur. Si symptômes il y a, trois à douze jours après la piqûre, ils ne sont guère plus évocateurs que la fatigue et la fièvre modérée d'un léger syndrome grippal, éventuellement doublées d'une éruption, voire d'un œdème des mains ou des pieds.

Dangereux, à quel point ? Il n'existe aujourd'hui aucun vaccin. Pas plus que de traitement, sinon pour soigner les symptômes. Le problème soulevé avec la progression du virus au Brésil, alors qu'on ne peut même pas être certain du nombre de personnes infectées (il faut pour cela effectuer une recherche spécifique de gènes du virus dans un prélèvement de sang et d'urine) vient de ce qu'il peut aussi causer de graves complications. Peu fréquentes, souligne l'Institut Pasteur, mais spectaculaires à l'échelle d'une épidémie. Zika peut provoquer le syndrome de Guillain-Barré, constaté en Polynésie où le virus a sévi en 2012-2013 et désormais au Brésil : une paralysie qui s'étend depuis les membres inférieurs vers le haut du corps et qui peut atteindre les muscles respiratoires.Touchant des femmes enceintes, Zika se transmet au foetus et peut empêcher sa tête de grossir, engendrant ensuite de graves anomalies du développement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant