INFOGRAPHIE. Sacrée, notre pause déjeuner !

le , mis à jour à 08:39
0
INFOGRAPHIE. Sacrée, notre pause déjeuner !
INFOGRAPHIE. Sacrée, notre pause déjeuner !

Le repas de midi semble une autre exception culturelle. Le groupe Edenred, à l'origine des Ticket restaurant, s'est penché sur le menu du déjeuner dans quatorze pays*. Conclusion, c'est en France qu'on s'accorde le plus de temps pour manger à midi. Entre le dur labeur de la matinée et le terrible effort de l'après-midi, les travailleurs français soufflent plus de 45 minutes pour la moitié d'entre eux et plus de 30 minutes pour les trois quarts. « Le repas méridien est un rituel très important chez nous, renchérit Jean-Pierre Corbeau, sociologue spécialiste de l'alimentation. C'est une exception française qui stupéfie les étrangers : entre 12 h 30 et 14 heures, le pays tout entier passe à table. »

Lors de ses dernières études, il a constaté que même les femmes à la diète, qui se contentent d'une barre de céréales, s'installent sur un banc entre copines, à l'instar des midinettes d'antan. « Parce qu'en France, manger, c'est être assis, à heure fixe et avec des convives », précise le sociologue. Précepte qu'on inculque aux enfants dès leur plus jeune âge en répétant « ne grignote pas entre les repas ». Plus que les autres repas, le déjeuner reste sacré. Selon l'enquête d'Edenred, il dure même en moyenne plus longtemps que le dîner ! « Le petit déjeuner parmi les jeunes générations tend à disparaître quand le dîner se nomadise avec un encas vers 19 h 30 et on finit avec un yaourt devant la télé », détaille encore Jean-Pierre Corbeau.

Le goût de la variété

A midi, nos compatriotes s'intéressent surtout au contenu de leur assiette. Quand, au Venezuela ou en Roumanie, on est avant tout attaché à l'ambiance conviviale, les Américains prennent, eux, d'abord garde à l'aspect pratique (à savoir un repas pas salissant, vite livré, vite fini...). Quand on les interroge sur leur menu de déjeuner idéal, les Français sont ceux qui citent le plus de victuailles. En plus du classique trio ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant