INFOGRAPHIE. Réformes : politique et courageux, si, si c'est possible !

le , mis à jour à 07:18
0
INFOGRAPHIE. Réformes : politique et courageux, si, si c'est possible !
INFOGRAPHIE. Réformes : politique et courageux, si, si c'est possible !

Du courage en politique. Le sujet est brûlant d'actualité à l'heure où les élus sont vilipendés, jugés impuissants, intéressés et déconnectés par des citoyens désabusés. Boris Walbaum a voulu montrer que l'on pouvait tout de même leur accorder quelque crédit. Cet énarque, auteur d'une thèse sur la prise de risque en politique, a passé au crible les réformes réalisées depuis l'année 2007. Son site Internet ( www.couragepolitique.fr), mis en ligne aujourd'hui, présente son palmarès des personnalités politiques et des textes de loi qu'elles ont défendus.

 

Pas question de porter un jugement sur le bien-fondé ou la qualité d'une réforme, ni même de dire qu'un ministre réformateur est forcément un bon ministre. Non. Le souhait de Boris Walbaum ? « Que les citoyens comprennent pourquoi la politique, ce n'est pas si facile. »

 

L'art de la stratégie

 

« La réforme, c'est l'art de la guerre », juge le spécialiste. La ministre Myriam El Khomri, qui avait relu tous les débats parlementaires sur la loi Macron ou la loi Rebsamen sur le dialogue social avant de présenter sa loi Travail à l'Assemblée, ne dira pas le contraire. Première personnalité de gauche du palmarès, grâce à ses réformes du système de santé (2016) et des retraites (2014), la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, confie : « Il faut savoir renoncer à certaines mesures, lâcher du lest, pour préserver l'essentiel. Quitte à y revenir plus tard. Pour la loi Santé, j'avais envisagé la vaccination par les pharmaciens, mais j'y ai renoncé parce que mes priorités étaient la réorganisation du système et le tiers payant. »

 

Ne pas se mettre tout le monde à dos

 

Opinion, responsables de la majorité, corps concernés (syndicats, professionnels, lobbys). Voici ceux qu'il vaut mieux ne pas fâcher. Pour sa réforme des retraites en 2011, qui lui vaut la deuxième place, Eric Woerth avait pris les devants. « Au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant