INFOGRAPHIE. Réforme des retraites : on cotisera plus et plus longtemps

le
4
INFOGRAPHIE. Réforme des retraites : on cotisera plus et plus longtemps
INFOGRAPHIE. Réforme des retraites : on cotisera plus et plus longtemps

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a dévoilé, ce mardi, les grandes lignes de la réforme des retraites après s'être entretenu avec les partenaires sociaux et avant de présenter le projet de loi en Conseil des ministres le 18 septembre. Hausse des cotisations sociales, allongement de la durée de cotisations à 43 ans en 2035 et mise en place d'un compte pénibilité en 2015... Revue de détail des mesures annoncées par le chef du gouvernement.

Allongement de la durée des cotisations. Au rythme d'un trimestre tous les trois ans, la durée de cotisations requise pour une retraite à taux plein sera progressivement relevée à partir de 2020, pour atteindre 43 ans en 2035. La durée requise sera ainsi de 43 ans pour les assurés nés en 1973. Actuellement elle est de 41,5 ans pour la génération 1956.

Hausse des cotisations sociales. «Ce sont donc les cotisations sociales qui seront sollicitées à un faible niveau et progressivement. C'était d'ailleurs les voeux des organisations syndicales de salariés», a indiqué le Premier ministre, ce mardi. Dans le détail, la hausse des cotisations patronales et salariales sera progressive sur quatre ans : 0,15 point en 2014, puis 0,05 en 2015, 2016 et 2017, soit au final 0,3 point pour les actifs comme pour les employeurs en 2017. «Tous les régimes seront concernés : celui des fonctionnaires, les régimes spéciaux comme le régime général ou, par exemple, celui des indépendants selon des modalités propres», a précisé le Premier ministre.

Pas d'augmentation de la CSG. «Je le dis immédiatement : le gouvernement écarte l'augmentation de la CSG. Elle pèserait sur l'ensemble des ménages, elle n'a pas été créée pour financer les retraites», a déclaré le Premier ministre, mettant fin au suspense. La piste d'une hausse de la CSG pour financer les retraites, jugée «cohérente» par la ministre de la Santé et des Affaires sociales, Marisol Touraine, a été fragilisée ces ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppetitj le mercredi 28 aout 2013 à 13:44

    J'explique depuis 15 ans à mes clients qu'ils vont travailler plus, cotiser plus et toucher moins en retraite... Le gouvernement et leurs conseiller payer à prix d'or arrivent à la même conclusion mais avec un retard de 15 ans.. Et ils prévoient 2025 et 2035...MDR

  • dratiser le mercredi 28 aout 2013 à 10:19

    un vrai tour de passe passe , le but etait visiblement de vendre la diminution du cout du travail , et c'est reussitout le monde ne regarde que les mesures "retraites" quandla vraie addition sera : à combien la csg apres integration alloc familiales

  • Isegoria le mercredi 28 aout 2013 à 07:58

    Tout se que Sarkozy a rêver de faire... Hollande l'a fait !

  • cachagui le mercredi 28 aout 2013 à 06:51

    Encore du bricolage et ce seront nos enfants nous disons cherir qui en patiront.Il fallait un grenelle des retraites et demander a chacun de nous de faire un effort equitablement..!