INFOGRAPHIE. Profs : le match public-privé

le , mis à jour à 08:55
1
INFOGRAPHIE. Profs : le match public-privé
INFOGRAPHIE. Profs : le match public-privé

Scolariser ses enfants dans le privé, comme le font aujourd'hui 17 % des parents, presque un tiers à Paris, est une affaire de convictions. Religieuses, bien sûr, mais aussi parce qu'ils estiment que les élèves y sont plus « encadrés », par des professeurs, en somme, « meilleurs ». Il est indéniable que dans le privé les grèves sont moins nombreuses, que le suivi est fort.

 

Pourtant, les 717 000 profs du public et leurs 137 000 collègues des écoles privées sous contrat qui font aujourd'hui leur prérentrée ont plus de points communs qu'il n'y paraît. Dans les concours du professorat du secondaire, « les épreuves sont les mêmes et les examinateurs ne savent même pas qui postule pour quoi », explique Véronique Foltier, la secrétaire générale du principal syndicat des professeurs de l'enseignement catholique, le Snec-CFTC.

 

 

Tous payés par l'Etat

 

A la session 2016, les taux de réussite étaient comparables dans le privé (30 %) et dans le public (36 %) pour le secondaire. Dans le primaire, les places étaient plus chères dans le privé (23 % d'admis) que dans le public (40 %), où une hausse des créations de postes a augmenté les chances de réussite.

 

Tous payés par l'Etat, qui leur verse le même salaire brut (mais qui est à l'avantage du public en net par le jeu des cotisations sociales), ils se plient tous aussi aux mêmes programmes... et aux mêmes réformes pédagogiques, à commencer par celle du collège qui entre en vigueur.

 

Même s'ils doivent adhérer aux valeurs de l'institution qu'ils représentent, les profs du privé n'ont pas à justifier d'une confession. « J'ai des collègues de toutes religions », confirme Pauline, qui travaille dans un gros établissement catholique à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis).

 

 

 

La principale différence se joue moins sur la personne de l'enseignant que sur son lien avec l'établissement dans lequel il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • SuRaCtA il y a 3 mois

    Il manque un comparatif sur les resultats au bacs....