INFOGRAPHIE. Pourquoi la France achète des drones américains

le
0
INFOGRAPHIE. Pourquoi la France achète des drones américains
INFOGRAPHIE. Pourquoi la France achète des drones américains

Les guerres de demain ne se feront pas sans drones. Au Salon du Bourget (Seine-Saint-Denis), la tendance se confirme : les avions sans pilote sont omniprésents dans cette grand-messe française de l'aviation, qui a fermé ses portes hier. Or, ces petits appareils, qui permettent d'effectuer des missions de surveillance et de larguer des missiles, sont au c?ur d'un incroyable fiasco politique, industriel et militaire.

Le ministre de la Défense en personne le regrette. « La France a raté le rendez-vous des drones, ce qui est invraisemblable pour une nation qui a un savoir-faire technologique, aéronautique, électronique considérable, avec des entreprises majeures qui étaient en situation de pouvoir le faire », a ainsi déclaré Jean-Yves Le Drian. Un constat d'échec qui a conduit le ministre à acheter douze drones d'observation Reaper (« faucheuse en anglais ») aux Américains (pour un montant estimé à 670 M?), qui dominent le marché des avions espions avec les Israéliens.

Depuis les années 2000, une série de ratés ont empêché les industriels français et européens de mener à terme le développement de drones Male (moyenne altitude, longue endurance). « A l'heure actuelle, il n'y a aucun drone en France ni en Europe, a déploré Le Drian. Sur le Mali, il n'y a pas de drone. J'en ai besoin, j'en achète, a fait valoir le ministre pour justifier l'achat de matériel américain. Je suis pour qu'il y ait un drone européen. »

Une réponse à l'appel lancé par trois groupes industriels qui n'ont pas goûté la commande passée outre-Atlantique. Dassault Aviation, EADS et Finmeccanica ont ainsi demandé à leurs gouvernements de lancer un programme de drones de surveillance pour rattraper, d'ici 2020, leurs concurrents.

INFOGRAPHIE ANIMEE. Drone, mode d'emploi

En 2023, un marché mondial estimé à 8,7 Mds? par an

Le français, le groupe européen et l'italien se sont dits prêts à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant