INFOGRAPHIE. Juno au-dessus des nuages de Jupiter

le , mis à jour à 17:29
0
INFOGRAPHIE. Juno au-dessus des nuages de Jupiter
INFOGRAPHIE. Juno au-dessus des nuages de Jupiter

La mythologie romaine raconte que, pour tromper sa femme Junon sans être découvert, le puissant Jupiter se drapait d'un nuage. L'histoire veut néanmoins que l'épouse trahie parvint à percer le secret du roi des dieux. La sonde Juno, qui devait aborder la planète Jupiter ce matin vers 5 h 15 (heure de Paris), aura-t-elle la même clairvoyance ? Après cinq ans de voyage, le petit orbiteur américain de 3,6 t a, entre autres défis, celui de découvrir ce que renferme la surface gazeuse de la plus grande des voisines de la Terre.

 

Jupiter a beau être l'un des astres les plus brillants du ciel, il nous est encore méconnu. On ignore sa composition précise et s'il possède un noyau solide sous sa chape nuageuse. Pour tenter de résoudre ces mystères, Juno va graviter pendant un an et demi autour de la géante, tous capteurs dehors, à une distance qui, comparée aux précédentes missions, confine à l'intime : 5 000 km. Sa puissante armure en titane devrait lui permettre de se protéger — du moins un temps — du champ magnétique généré par Jupiter, vingt fois plus intense que celui produit par la Terre. Des radiations que la sonde sera chargée d'étudier, tout en contemplant les plus belles aurores polaires visibles dans notre proche banlieue.

 

Au-delà des attributs du monstre, la mission de la Nasa doit nous en apprendre plus sur notre propre histoire. Née aux premiers temps du système solaire, Jupiter a eu une influence décisive sur la position et la structuration des autres planètes. Reste à déterminer comment. En migrant vers le Soleil, elle aurait pu fournir une partie de l'eau que l'on trouve aujourd'hui sur la Terre et sur Mars. Généreux, monsieur Jupiter ? Un scénario en vogue qui ne demande qu'à être confirmé.

 

A la fin de sa course, prévue en février 2018, la sonde Juno, comme avant elle Galileo en 2003, plongera dans l'atmosphère du titan, où elle se désintégrera sous l'effet de la température ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant