INFOGRAPHIE. IVG : le détail des votes des députés

le
0
INFOGRAPHIE. IVG : le détail des votes des députés
INFOGRAPHIE. IVG : le détail des votes des députés

Le projet de loi sur l'égalité hommes-femmes a animé la soirée de l'Assemblée. Tard mardi soir, les députés ont voté des articles concernant l'interruption volontaire de grossesse, au terme de débats animés et parfois âpres. 

Premier dossier explosif : l'article «5 quinquies C» du projet de loi qui supprime la notion de «détresse» pour une femme voulant demander une IVG. Pour la gauche, il s'agissait d'«un toilettage» d'une «formulation devenue obsolète» de la loi Veil de 1975, de clamer le droit des femmes à disposer librement de leur corps et dénoncer tout «retour en arrière» sur l'IVG à l'image de l'Espagne. Les partis de gauche ont voté d'un seul bloc.

La droite est apparue plus divisée. La majorité des orateurs de l'UMP, souvent des membres de l'Entente parlementaire pour la Famille, ont plaidé pour supprimer l'article, estimant que cette «modification dogmatique» remettait en cause «l'équilibre» de la loi Veil et refusant toute «banalisation de l'avortement».

Si le chef de file des députés UMP Christian Jacob a lui voté contre l'article, des élues UMP comme Nicole Ameline ou Françoise Guégot ont défendu la disparition de la notion de «détresse». A l'UDI, un partenaire de l'UMP, si Sonia Lagarde puis Jean-Louis Borloo ont personnellement soutenu l'article.

Deuxième dossier du soir : un amendement soutenu par une quinzaine de députés UMP qui proposait de dérembourser l'IVG. Jean-Frédéric Poisson (UMP) a notamment défendu cet texte en faisant valoir qu'«avorter consiste à mettre fin à une vie humaine».

Cette fois, une grande partie des députés de droite n'a pas suivi, Christian Jacob affirmant que «l'IVG de confort n'existe pas» et qu'il s'agit d'«un acte médical» pour lequel il est nécessaire de «maintenir le remboursement». Le texte a été très majoritairement rejeté, par 142 voix contre 7 (les UMP Nicolas Dhuicq, Philippe Gosselin, Marc Le Fur, Yannick Moreau, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant