INFOGRAPHIE. C'est fou ce qu'on fait dans sa voiture

le , mis à jour à 09:08
0
INFOGRAPHIE. C'est fou ce qu'on fait dans sa voiture
INFOGRAPHIE. C'est fou ce qu'on fait dans sa voiture

Pour vos premières vacances entre copains, elle était là. Le déménagement ? Evidemment, elle y a participé. Vos baisers, vos fous rires, vos éclats de voix... elle en fut le témoin discret. Alcôves de notre intimité, les habitacles de nos véhicules pourraient raconter nos vies s'ils étaient doués de parole. C'est qu'il en arrive, des choses, dans ces voitures où l'on passe un temps infini. A en croire une étude CSA Research pour Citroën, que nous vous dévoilons en exclusivité, un Français passe en moyenne trois ans et dix mois (!) dans sa voiture au cours d'une vie.

 

Le prolongement de la maison

 

Quand vous poussez vos vocalises sous la douche, vos enfants vous supplient de vous taire. Titine, elle, ne vous traitera jamais de Castafiore. Alors, autant en profiter : pendant son existence, un Français chante en moyenne plus de 4 800 fois, à tue-tête, dans sa voiture. Un véhicule qui fait aussi office de salle de bains pour de nombreux conducteurs, l'habitacle servant notamment de salon de coiffure, de maquillage et de rasage. On y mange sur le pouce près de 3 000 fois au cours de sa vie. « C'est vraiment le prolongement de la maison », souligne Xavier Peugeot, directeur du produit Citroën.

 

Une bulle d'intimité

 

3 042 baisers, 141 fous rires, 43 crises de larmes, 79 disputes, 33 réconciliations... tout au long d'une vie, une voiture est le réceptacle de centaines de moments d'émotions.

 

Les Français disent y faire l'amour entre deux et trois fois au cours de leur existence. C'est quatre fois moins, par exemple, que les Italiens !

 

 

(Clic droit pour agrandir l'infographie.)

 

 

 

« Avant d'être un outil technologique, elle est le reflet de notre vie privée, souligne l'historien de l'automobilisme, Mathieu Flonneau. On l'associe à des sentiments, des musiques, des ambiances, de jolies petites routes, des paysages, du dépaysement, de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant