INFOGRAPHIE ANIMEE. Loi Travail : l'Elysée prépare la sortie de crise

le , mis à jour à 10:32
9
INFOGRAPHIE ANIMEE. Loi Travail : l'Elysée prépare la sortie de crise
INFOGRAPHIE ANIMEE. Loi Travail : l'Elysée prépare la sortie de crise

De l'avis général, il va falloir faire de la dentelle. Alors que le risque de paralysie du pays enfle, une hypothèse fait son chemin pour sortir de la crise : apporter de énièmes et ultimes modifications à la loi Travail, lors de son passage en deuxième lecture à l'Assemblée dans quelques semaines. Le bruit courait dans les rangs gouvernementaux dès le début de la semaine. Bruno Le Roux a publiquement mis cette option sur la table mercredi matin. Sur LCP, le patron des députés socialistes a dit souhaiter une modification de l'article 2 du projet de loi. Article au cœur même de la loi El Khomri parce qu'il donne la primauté aux accords d'entreprise par rapport aux accords de branche.

« Il n'est pas prévu de revoir les principes de l'article 2 », a objecté le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll... en évoquant dans un savoureux lapsus la proposition de « Bruno Le Relou ». « Il n'y aura ni retrait du texte ni remise en cause de l'article 2 », a embrayé le Premier ministre Manuel Valls, en rappelant dans l'hémicycle que « les Français doivent pouvoir s'apprivois... s'approvisionner » ! Coup de fatigue ? « Peut-être que l'on tâtonne et que cela se ressent. Il n'est pas question de retirer un seul article, mais le débat continue », résume un conseiller élyséen.

L'affaire n'est pas tranchée. Notamment parce que l'exécutif attend de voir comment se déroule la nouvelle journée de mobilisation ce jeudi. Mais l'idée de modifier l'article 2 en introduisant la possibilité que les représentants de branche valident a priori les accords d'entreprises est bel et bien dans les tuyaux. Tout comme celle de renoncer à toucher à la majoration des heures supplémentaires. Elle est défendue par le rapporteur du texte à l'Assemblée, Christophe Sirugue, et par la présidente de la commission des Affaires sociales, Catherine Lemorton.

Ne pas braquer la CFDT

« Bruno Le Roux n'a pas fait une sortie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • phili646 il y a 6 mois

    Il n'y a pas que la CGT qui est contre ce texte, 70 % des français y sont tout aussi hostiles. ALORS pour sortir de l'impasse il faut un REFERENDUM !!!!

  • 445566ZM il y a 6 mois

    La France ne peut pas perdre, encore une fois, devant cette organisation pseudo-ouvrière, qui est dominée par la dérive sectaire, certains disent "mafieuse".

  • phili646 il y a 6 mois

    LA SORTIE, c'est pour 2017 !!!!

  • paulin17 il y a 6 mois

    Avec l'Euro qui approche, les politiques commencent à avoir chaud aux f....

  • phili646 il y a 6 mois

    A tous les opposants à la loi travail il manque un accessoire essentiel pour être entendus, UN BONNET ROUGE !!!!!!!!!

  • M2766070 il y a 6 mois

    des fois je lis mal.. j avais lu l élysée prépare sa sortie... ouf enfin ? bin non !!!

  • boudet il y a 6 mois

    La crise se résume à une lutte de pouvoir. Faut-il maintenir la primauté des accords d'entreprises soutenus par la CFDT ou les accords de branche soutenus par la CGT ? Qui commande dans cette affaire? Le gouvernement ou les syndicats ? Tout le monde connaît la réponse car nous sommes dirigés par un président très imbu de sa personne mais incompétent.

  • vmcfb il y a 6 mois

    Pas d'accord avec le ton de l'article. la CGT n'a pas été élue. il y a violation de nos institutions. la Loi s'écrit à l'Assemblée. Il faut casser les syndicats violents.

  • frk987 il y a 6 mois

    La sortie de crise c'est la démission de FH, la gauche extrême sera elle même la plus emm..., ce serait ça le super amusant si FH avait un peu de classe. De plus la droite pas prête.....MDR, un Bronx pas croyable.