Info ou pub ? Reworld, Webedia ou Buzzfeed mélangent les genres

le
0
Info ou pub ? Reworld, Webedia ou Buzzfeed mélangent les genres
Info ou pub ? Reworld, Webedia ou Buzzfeed mélangent les genres

Les nouveaux médias comme Reworld, Webedia ou Buzzfeed gomment la frontière entre éditorial et publicité, et même les plus sérieux, du Monde au New York Times, cèdent au "native advertising", ces publi-reportages fondus dans leurs pages .Pour Pascal Chevalier, fondateur de Reworld Media, que Lagardère vient de choisir pour lui céder huit magazines déficitaires, le concept est le "content commerce" : un contenu qui vise à faire acheter, monétisé cher auprès des annonceurs. "Quand on parle à quelqu'un d'un produit intéressant, il est normal de dire où l'acheter. Les marques médias se doivent d'être des marketplace, de dire où acheter pour aller au bout de l'information, grâce aux 'coups de coeur' de la rédaction", avait-il expliqué lors d'une interview fin 2013. Pascal Chevalier va plus loin, en faisant participer les journalistes aux contenus publicitaires. "Je pense que les régies et la rédaction doivent être fusionnées car c'est le même métier, qui est de raconter une histoire, mais avec une liberté d'expression", a-t-il expliqué au Journal du Net. "Nous avons fait des sites pour des marques, du +brand content+. Il faut faire une histoire, scénariser du contenu, comme pour le site de Chanel que nous avons fait à l'image de celui de Marie France. Nous avons créé son contenu avec l'équipe éditoriale de Marie France. Les journalistes écrivent des contenus en rapport avec les produits de Chanel, type +j'ai testé pour vous+. Mais avec notre liberté d'expression", a-t- il précisé à l'AFP.Discours très similaire chez Webedia, pôle média de Fimalac (20 millions de chiffre d'affaires), propriétaire d'Allo Ciné, du site de cuisine 750g, et des sites de shopping et de divertissement Pure People, PureShopping, PureMedias, etc. Comme chez Reworld, les bannières publicitaires, désormais bradées, sont dépassées: Webedia parie sur les "opérations spéciales", où les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant