Infinit, l'idée française et gratuite pour s'échanger des fichiers

le
0
Infinit, l'idée française et gratuite pour s'échanger des fichiers
Infinit, l'idée française et gratuite pour s'échanger des fichiers

Envoyer n'importe quel fichier, peu importe sa taille, à qui on veut et sur n'importe quel appareil. Voilà l'audacieuse promesse d'Infinit, un service gratuit de transfert de fichiers par peer-to-peer qui fonctionne sur les PC comme sur les Macs.

A l'heure où le stockage de données et de fichiers sur des serveurs à l'étranger inquiète plus d'un internaute, les créateurs d'Infinit, Julien Quintard et Baptiste Fradin, veulent garantir une utilisation sans limite de taille et surtout plus rapide que ses concurrents comme DropBox ou encore WeTransfer. Le marché mondial de transfert de fichiers est estimé à 9 milliards de dollars (8 milliards d'euros) et est en pleine expansion.

Une utilisation enfantine pour transférer de gros fichiers multimédias. Basée sur la technologie bien connue du  peer-to-peer (P2P comme pour BitTorrent), Infinit concrétise les travaux de recherche de doctorat de Julien Quintard à l'Université de Cambridge. L'application s'installe en quelques instants sur ordinateur de bureau et portables comme sur les produits Apple. Afin de partager un fichier présent sur son appareil, un simple «Drag and drop» - faire glisser le fichier sur l'icône d'un contact - suffit à mener l'opération à bien.

Après plusieurs tests avec des débits et des appareils différents, il est clair que le pari d'Infinit d'apporter une solution aussi innovante qu'utile est bien engagé. Le logiciel est particulièrement efficace dans le transfert de fichiers lourds comme des vidéos en format HD.

Plusieurs modes d'envoi

Plusieurs studios de production audiovisuelle l'utilisent depuis quelques mois. Car ce service se différencie en fonctionnant même avec un Wi-Fi fragile : le transfert s'interrompt et reprend automatiquement en cas de rupture de connexion.

Trois types de partage sont possibles : un échange entre deux utilisateurs, l'envoi d'un lien par e-mail ou encore la création d'un lien public afin de le diffuser par exemple ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant