Infections à l'hôpital : le cuivre à l'essai

le
0
Deux services de l'hôpital de Rambouillet ont été équipés de robinetterie, poignées et rampes faites dans ce métal aux propriétés antibactériennes. L'hôpital espère mesurer un impact positif sur le taux d'infections nosocomiales.

Robinets, rampes, tablettes, prises électriques ou poignées de porte : le cuivre a fait une entrée remarquée dans les services pédiatrie et réanimation de l'hôpital de Rambouillet. Il s'agit là d'une expérimentation pionnière en France qui vise à étudier l'impact de ces équipements antibactériens sur le nombre d'infections contractées à l'hôpital.

Plusieurs études anglo-saxonnes ont déjà montré ces dernières années que les bactéries les plus résistantes placées sur des surfaces en cuivre sont rapidement détruites. Une expérience diffusée en direct en avril montrait par exemple la disparition en moins de huit minutes de la quasi-totalité des 10 millions de staphylocoques dorés résistants à la méticilline (un antibiotique usuel) déposés sur un petit bout de cuivre d'un cm2. Le microbiologiste Bill Keevil, pionnier britannique de ce domaine de recherche, expliquait alors au figaro.fr que «les ions cuivres en surface sont intégrés dans le métabolism

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant