Inégalités salariales : que faites-vous le 7 novembre à 16 h 34 ?

le
1
En France, les femmes gagnent en moyenne 15,1 % de moins que les hommes. 
En France, les femmes gagnent en moyenne 15,1 % de moins que les hommes. 

Le 24 octobre dernier, les Islandaises descendaient dans la rue à 14 h 38, l'heure précise à laquelle elles commencent à travailler « gratuitement » par rapport aux hommes. Une manière de dénoncer les inégalités salariales entre les hommes et les femmes, l'écart étant de 14 % en Islande. C'est en écho à cette initiative que le collectif Les Glorieuses, auteur d'une newsletter féministe, lance un mouvement baptisé « 7 novembre 16 h 34 » pour « faire de l'inégalité salariale une problématique politique centrale ».

C'est en effet le 7 novembre à 16 h 34 et 7 secondes que les Françaises commenceront à travailler bénévolement. Pour arriver à cette date, Les Glorieuses se sont appuyées sur l'écart de salaire entre les hommes et les femmes en France, 15,1 % selon les statistiques de l'Union européenne, rapporté au nombre de jours ouvrés. Selon leurs calculs, la différence de salaire entre les hommes et les femmes en France correspond donc à un écart de 38,2 jours ouvrés.

Pas qu'une « affaire de bonnes femmes »

Le mouvement du « 7 novembre 16 h 34 » envoie donc un appel symbolique à cesser le travail. Rebecca Amsellem, la fondatrice des Glorieuses précise à LCI : « Ce n'est pas notre rôle que d'appeler à la grève. Mais si les femmes peuvent prendre conscience qu'à partir de cette date, elles travaillent bénévolement par rapport aux hommes? c'est un premier pas. » Ce sont donc «...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a un mois

    Lorsque les femmes seront présentes autant que les hommes et disponibles pour les déplacements, on pourra envisager une égalité de salaire. A part les vieilles filles....toutes des fumistes.....et c'est normal, la santé de leurs enfants est plus important que la boutique. Si l'on arrêtait avec ces niaiseries d'égalités de salaires, en boulot réel un homme bosse 30 à 40% de plus.