Inégalités : 1% de la population mondiale détient près de la moitié des richesses

le
207
Inégalités : 1% de la population mondiale détient près de la moitié des richesses
Inégalités : 1% de la population mondiale détient près de la moitié des richesses

« Il est sidérant qu'au XXIème siècle, la moitié de la population mondiale, soit 3,5 milliards de personnes, ne possède pas plus qu'une minuscule élite », se lamente Winnie Byanyima, la directrice générale d'Oxfam international. A quelques jours du forum de Davos, qui rassemble du 22 au 25 janvier prochains dans la station suisse, les principaux décideurs économiques, l'ONG qui lutte contre les inégalités et la pauvreté, sort un rapport édifiant. Selon ses chiffres, la richesse combinée des 85 personnes les plus riches du monde, qui s'élève à environ 85 trillons d'euros, est égale à celle de la moitié la moins riche de l'humanité.

Depuis le début de la crise en 2008, ces inégalités se sont même sensiblement accrues. «?Même si la crise a momentanément entamé la part des richesses mondiales détenues par les plus riches, ces derniers se sont depuis largement rattrapés», explique ce rapport. Les 1% des personnes les plus riches en Chine, au Portugal et aux États-Unis ont plus que doublé leur part de revenus national depuis 1980. L'Europe ne fait pas exception. La fortune combinée des 10 personnes les plus riches d'Europe (217 milliards d'euros) dépasse le coût total des mesures de relance mises en ?uvre dans l'Union européenne entre 2008 et 2010 (200 milliards d'euros). Même dans les pays réputés plus égalitaires comme la Suède et la Norvège, la part de revenus allant aux 1% les plus riches a augmenté de plus de 50%. Désormais, selon l'Oxfam, sept personnes sur dix vivent dans un pays où l'inégalité économique a augmenté au cours des 30 dernières années.

Les causes de ce creusement sont nombreuses: la déréglementation financière, les règles et les systèmes facilitant l'évasion fiscale, mais aussi les mesures d'austérité. Depuis la fin des années 1970, 29 des 30 pays pour lesquels Oxfam dispose de données appliquent un taux marginal d'imposition plus faible pour les tranches les plus riches de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 le mercredi 22 jan 2014 à 20:49

    Singulier le commentaire de PSDI lui qui est un nanti et un assisté, retraité EDF qui vie au crochet des autres contribuables : CTA, + ELEC PAYE A 10%, n'a jamais payé ses cot. salariales + NOMBREUX AVANTAGES. depuis 2005, la SNCF et EDF ont siphonnées la CNAV et l'AGIRC/ARCCO d'environ 1,3 milliards (total env. 2,6 milliards), de + "À EDF/GdF une taxe sur la consommation d’électricité et de gaz assure le financement des avantages dont bénéficient leurs retraités" http://www.ifrap.org/Reforme/.

  • xenfab le mardi 21 jan 2014 à 22:28

    knbskin tu dis que de la mer.de, tes raisonnements tiennent pas debout une minute, alors tu peux dire ce que tu veux avec tes potes, mais la mer.de, t'es pas dans l'obligation de la répandre ... Pardon pour la vulgarité mais je vois pas d'autre mot pour qualifier tes propos inconséquents .

  • knbskin le mardi 21 jan 2014 à 16:21

    Et inutile d'enfoncer des portes ouvertes à propos de "100 000 entrepreneurs" ... avec qui mon groupe de BA et les établissements d'enseignement supérieur que je fréquente de temps en temps travaillent depuis longtemps ... :)

  • knbskin le mardi 21 jan 2014 à 16:18

    .../... Je me permets de remarquer encore une fois que vos propos, M363422, ne réfutent en rien ce que je dis. Il est vrai que ce que je dis est tellement bête (d'après vous) qu'il est inutile de perdre son temps à le réfuter. Il est clair que vous vous êtes autoproclamé(e) omniscient(e) sur un certain nombre de sujets (sans aucune autre référence que vous-même) et que tous les intervenants qui ne sont pas d'accord méritent l'asile psychiatrique ! :-D

  • M363422 le mardi 21 jan 2014 à 16:14

    Pour information aussi "L'action de 100 000 entrepreneurs concerne l'ensemble des établissements scolaires. travaille en étroite collaboration avec les enseignants, les chefs d'établissement et l'Education Nationale. Plusieurs chartes de partenariat ont été signées avec des Académies dans lesquelles l'association intervient.Toutefois, les établissements situés en "zones d'éducation sensibles" constituent l'engagement prioritaire de 100 000 entrepreneurs.

  • knbskin le mardi 21 jan 2014 à 16:14

    Je n'ai jamais lu aucune demande de votre part, M363422, mais je vais répondre ... Le "référentiel bondissant" est apparemment (d'après quelques copains /ines principaux/ales ou proviseur d'établissement, un terme employé dans certains rapports des pédagogues en chef dans le domaine sportif. Il me semble illustrer tout à fait les prétentions jargonnantes de certains pseudo-pédagogues de l'Educ Nat - pour ne rien dire de concret .../...

  • M363422 le mardi 21 jan 2014 à 16:09

    Pour rire aussi parce que à un certain niveau il ne reste plus que cela. Il manque pourtant le sempiternel "référentiel bondissant"...J'ai à plusieurs reprise demandé une explication, une référence, mais jamais eu de réponse!! Mais quand comme méthode pédagogique on n'en conçoit qu'une, issue de certaines institutions du XIX...

  • knbskin le mardi 21 jan 2014 à 15:47

    Donc, nous avons des résultats de plus en plus mauvais avec un système de plus en plus dispendieux, et l'Educ Nat envoie dans la nature 150 000 inemployables par an ! :(

  • knbskin le mardi 21 jan 2014 à 15:46

    Exact, M8603854 ... L'ennui, c'est qu'on ... paie déjà ! Notre système scolaire est en fait défaillant depuis la maternelle, les enseignants ayant collectivement décidé il y a des décennies que l'important était que l'élève - non l'"apprenant" - soit "au centre de son projet éducatif" au lieur de décocher les coups de pied au Q nécessaires et suffisants pour transmettre le savoir à l'élève, de gré ou de force.

  • M8603854 le mardi 21 jan 2014 à 15:42

    Il n' y aura pas de système de formation performant pour tous sans école performante pour tous. Le retard des premières années ne se rattrape pas, mais en France, on ne le sanctionne qu'après le bac: expression écrite et orale défaillantes, absence de méthode de travail, cerveaux non entraînés à l'effort et à la discipline alimentent les décrochages, les filières bidons et l'échec universitaire de masse. Mais qui veut bien payer?