IndyCar : le Français Simon Pagenaud champion

le , mis à jour à 10:05
0
IndyCar : le Français Simon Pagenaud champion
IndyCar : le Français Simon Pagenaud champion

C'est le championnat de voitures monoplaces le plus prestigieux d'Amérique du Nord. Le Français Simon Pagenaud a fait coup double, dimanche, à Sonoma (Californie, Etats-Unis), en remportant le dernier Grand Prix de la saison d'IndyCar Series et en gagnant le championnat.

 

Après une saison dominée de bout en bout, Pagenaud, 32 ans, a soulevé l'imposant trophée remis au champion d'Indycar sous une douche de champagne... californien, devant sa famille et ses proches venus de France pour assister à son triomphe. «Depuis que je suis arrivée aux Etats-Unis, je pense à ce moment, c'est même un rêve d'enfant d'être champion IndyCar», a rappelé Pagenaud, qui a lancé sa carrière aux Etats-Unis en 2006 dans l'anonymat d'un championnat secondaire de monoplaces, puis en endurance, avant de faire ses premiers pas en 2011 en IndyCar.

 

Sonoma (Californie, Etats-Unis), dimanche. Le Français Simon Pagenaud soulève le trophée remis au vainqueur du championnat IndyCar Series. (AFP/Mark Ralston)

 

Pour s'offrir ce titre et devenir le premier Français sacré depuis Sébastien Bourdais, quadruple champion de Champ Car entre 2004 et 2007 (un championnat concurrent absorbé en 2008 par l'IndyCar), Pagenaud a réalisé une saison quasi-parfaite de la première course en mars à la 16e manche dimanche. Fort d'une confortable avance au classement général avec 43 points d'avantage sur l'Australien Will Power, il aurait pu se contenter de calculer. Mais il a fait preuve de panache jusqu'au bout : il a décroché la pole position samedi, sa septième de la saison, avant de dominer la course.

 

Parti idéalement, il comptait déjà sept secondes d'avance sur Power après dix tours. Au moment de son premier ravitaillement, après le 16e tour, son avantage était de 24 secondes. Au volant de sa monoplace de l'écurie Penske, il a vu Power revenir briévement à moins de six secondes, mais a repris le large jusqu'au coup de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant