Industrie musicale et radios s'opposent sur les quotas

le
0
La filière musicale estime que les quotas de diffusion de nouveautés francophones sont détournés par les stations. Ces dernières mettent en cause une production insuffisante et pas assez diversifiée.

Le bras de fer est engagé depuis plusieurs mois. A coups de communiqués, les deux adversaires - les radios musicales d'un côté, l'industrie de la musique de l'autre - tentent aujourd'hui de faire basculer la partie.

Les stations (Chérie FM, Fun Radio, Nostalgie, NRJ, Rires et Chansons, RFM, RTL2, Virgin Radio) ont tiré les premières, vendredi, s'inquiétant d'une «mise sous tutelle des antennes de radios en France, par un renforcement de leurs obligations de diffusion de titres francophones». Fixées par la loi, elles imposent aux radios de diffuser au moins «40% de chansons d'expression française, dont la moitié au moins provenant de nouveaux talents ou de nouvelles productions, diffusées aux heures d'écoute significative».

Depuis fin 2010, les professionnels de la musique alertent sur l'application de ces quotas. La filière musicale au grand complet - producteurs, auteurs, interprètes, managers..., réunie par le collectif Tous pour la musique, a donc lancé, l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant