Industrie 4.0: le Boston Consulting Group ouvre un centre prés de Paris

le
0
Industrie 4.0: le Boston Consulting Group ouvre un centre prés de Paris
Industrie 4.0: le Boston Consulting Group ouvre un centre prés de Paris

Le cabinet de conseil Boston Consulting Group (BCG) a lancé mercredi l'ICO (Innovation Center for Operations), une "usine pilote" en région parisienne présentant des technologies innovantes de l'industrie 4.0 sur des lignes de production en grandeur réelle.Avec ce centre d'expérimentation, implanté sur le site scientifique du plateau de Saclay, dans le sud de Paris, BCG veut "proposer à ses clients de se former et d'évaluer l'impact des technologies sur la performance des opérations", explique le cabinet de conseil dans un communiqué. "Dans les prochaines années, l'industrie 4.0 va profondément modifier l'équilibre de la production mondiale en permettant de relocaliser les usines au plus près des consommateurs", affirme Olivier Scalabre, directeur associé senior au BCG, cité dans le communiqué.L'industrie 4.0 regroupe une série de nouvelles technologies qui doivent améliorer la performance industrielle et les conditions de travail: digitalisation, collaboration robot-opérateur humain, fabrication additive, réalité augmentée... Selon une étude réalisée par le BCG en juillet auprès de 322 dirigeants français d?entreprises industrielles de tous secteurs, près des trois quarts des industriels français (72%) sont entrés en phase d'expérimentation de l'industrie 4.0 avec notamment la découverte des technologies et la mise en place de pilotes. Mais très peu d'entre eux (6%) ont développé une "vision intégrée" pour leur entreprise, avec la construction d'un plan de déploiement et d'une vision industrielle, indique le BCG. Or, selon le cabinet, "l'industrie 4.0 prend sa pleine valeur dans un déploiement à grande échelle". Interrogés sur leurs principaux défis, les industriels français mentionnent la cyber-sécurité (44%), le manque de standards de communication (40%), le manque de personnel qualifié (37%), les besoins d'investissements trop élevés (37%) et l'incertitude du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant