Indre-et-Loire : le premier micro-ordinateur de l'histoire en vente aux enchères

le , mis à jour à 15:30
1
Indre-et-Loire : le premier micro-ordinateur de l'histoire en vente aux enchères
Indre-et-Loire : le premier micro-ordinateur de l'histoire en vente aux enchères

Et soudain, l'informatique devint compacte. Quand, en 1972, un Français créé le Micral N., le premier micro-ordinateur de l'histoire, il ne se doute certainement pas qu'un des rares specimen de son invention sera vendu aux enchères moins d'un demi-siècle plus tard. La vente aura bien lieu, le 11 juin au château d'Artigny, près de Tours (Indre-et-Loire). C'est «l'un des cinq derniers exemplaires connus de cet appareil historique, recensés sur terre», a expliqué à la presse le commissaire-priseur Aymeric Rouillac.

 

«Le Micral a donné des idées aux Américains. En 1975, l'IBM 5100 dépasse le cadre des entreprises et arrive dans les foyers. En 1977, sort le premier micro-ordinateur conçu par Steve Jobs, l'Apple II. Le Micral N. est à l'origine de cette nouvelle conception de l'informatique», a souligné le commissaire-priseur.

 

«Cet ordinateur est exceptionnel car il est le premier à utiliser un micro-processeur. Il avait la mémoire et la capacité des ordinateurs de l'époque qui avaient, eux, la taille d'une pièce (de bureau, ndlr) ou, au mieux, de tout un pan de mur», a expliqué Roma Maireau, l'une des étudiantes en master histoire de l'art à l'université François Rabelais qui a effectué des recherches sur l'appareil.

 

Ni clavier, ni écran

 

Le créateur du Micral est un Français aujourd'hui âgé de 72 ans, François Gernelle. En 1972, l'entreprise R2E dont il est salarié reçoit une commande de l'INRA qui fournit le budget nécessaire pour fabriquer l'appareil. En juin 1973, la revue américaine Byte invente le mot «microcomputer» pour baptiser le fameux Micral dont plus de 90 000 exemplaires ont été fabriqués dans différentes versions.

 

Pesant 8,2kg, pour 13cm de haut, 43cm de long et 44cm de profondeur, le Micral N. n'avais ni clavier ni écran mais un télétype et un magnétophone, ne disposait que de 51 instructions et était équipé d'un processeur Intel 8008 de 8 bits avec une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 7 mois

    Sur le papier c'était une machine comparable aux monstres de l'époque, mais en réalité quasiment inutilisable.