Indre : dix jours d'attente avec un clou dans la jambe

le
0
Indre : dix jours d'attente avec un clou dans la jambe
Indre : dix jours d'attente avec un clou dans la jambe

Un habitant de Châteauroux, dans l'Indre, Frédéric, a passé dix jours avec un clou planté dans la jambe avant de pouvoir se faire opéré, selon une information du journal La Nouvelle République .fr. L'accident de bricolage de Frédéric est survenu le 17 mars, mais les hôpitaux publics de la région, surchargés, n'ont pas pu programmer l'opération dans les jours dans les jours qui ont suivi l'accident. Résultat : l'intervention chirurgicale s'est faite ce vendredi, dans une clinique privée.

D'une longueur de 2,5 cm, le clou s'est logé au niveau de la cuisse du bricoleur qui venait de faire l'acquisition d'une cloueuse pneumatique «censée être vide». «J'ai malencontreusement appuyé sur le percuteur, alors qu'un clou restait dans la réserve de l'appareil», a-t-il expliqué au quotiden régional. Frédéric prend aussitôt la direction des urgences du Centre hospitalier de Châteauroux, saturées à son arrivée. Il indique en ressortir avec un  arrêt de travail de cinq jours en main. Quatre jours plus tard, les douleurs s'accentuant, on décide de lui faire finalement une radiographie qui confirme la présence du clou. Mais sur son bulletin d'admission pour une intervention chirurgicale, la date est fixée au 11 avril.

Il se rend alors dans un autre centre hospitalier de Tours. Mais là, même réponse : pas de place et pas de caractère d'urgence. Frédéric décide alors de s'adresser à la clinique Saint-François. Radiographie à l'appui, les  médecins lui programment une intervention ambulatoire dans la foulée pour ce vendredi.

Dans un communiqué, la direction du Centre hospitalier de Châteauroux tient à préciser de son côté «qu'il n'y a pas eu d'anomalie dans le processus de prise en charge» du blessé, soulignant «l'absence d'urgence au sens médical du terme». Selon elle, le jour de l'accident, le patient a «refusé d'attendre». Deux jours plus tard, le 19 mars, il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant