Indonésie : Serge Atlaoui, condamné à mort, passera devant la Cour suprême

le
1
Indonésie : Serge Atlaoui, condamné à mort, passera devant la Cour suprême
Indonésie : Serge Atlaoui, condamné à mort, passera devant la Cour suprême

Un tribunal indonésien a décidé mercredi de renvoyer devant la Cour suprême le dossier de Serge Atlaoui, condamné à mort pour trafic de drogue. Le Français avait sollicité un procès en révision dans l'espoir d'échapper à une exécution qui pourrait être rapide. 

«J'ai été condamné à mort, je ne demande pas à être libéré, mais je demande à ce que ma vie soit sauvée», a déclaré Serge Atlaoui dans une brève allocution devant le tribunal de Tangerang. Il a, pour cela, été extrait de sa prison d'une île de Java, à 400 km du tribunal. Le Français est arrivé escorté par une vingtaine de policiers armés et casqués à bord de quatre véhicule banalisés. 

Serge Atlaoui, 51 ans, avait été arrêté en 2005 dans un laboratoire clandestin de production d'ecstasy, à Tangerang, dans la banlieue de Jakarta, et condamné en 2007 à la peine capitale pour trafic de drogue. Le Français s'est toujours défendu d'être un trafiquant de drogue, affirmant qu'il n'avait fait qu'installer des machines industrielles dans ce qu'il croyait être une usine d'acrylique.

D'autres étrangers condamnés à mort dans cette affaire

Serge Atlaoui avait demandé le 11 mars devant ce même tribunal l'audition de témoins, afin de tenter de convaincre les juges de sa «bonne foi». Mais le tribunal avait refusé. L'avocate du Français, Nancy Yuliana, s'est toutefois déclarée «optimiste» mercredi quant à la demande de procès en révision. La date d'examen du dossier ne sera pas annoncée à l'avance par la Cour suprême, qui publiera sa décision sur son site internet.

L'avocate a par ailleurs annoncé mercredi avoir déposé un recours devant le tribunal administratif de Jakarta pour contester le rejet par le président indonésien de la demande de grâce faite par Atlaoui. Outre le Français, d'autres étrangers parmi lesquels deux Australiens, ainsi que des ressortissants du Brésil, des Philippines, du Ghana et du Nigeria ont été ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2683479 le mercredi 1 avr 2015 à 16:36

    que justice soit faite !