Indonésie : plusieurs morts dans un attentat à Jakarta

le , mis à jour à 09:51
0
Indonésie : plusieurs morts dans un attentat à Jakarta
Indonésie : plusieurs morts dans un attentat à Jakarta

Au moins sept personnes ont été tuées dans des explosions jeudi matin sur une artère très fréquentée de Jakarta, la capitale de l'Indonésie : deux civils, dont un Néerlandais, et cinq assaillants. Des coups de feu avaient également été entendus à l'extérieur d'un café quand les policiers sont arrivés.

L'opération policière s'est terminée plus de quatre heures après le début des attaques. La police a expliqué qu'il n'y avait plus d'assaillants en fuite. L'attaque a eu lieu près d'un centre commercial fréquenté notamment par des étrangers. Un café Starbuck semble avoir été l'une des cibles. Non loin de là, se trouve un bâtiment des Nations Unies. 

Les six explosions, survenues près d'un poste de police, ont été causées par au moins une bombe. Plusieurs corps ensanglantés étaient allongés sur le sol. 

Some of the scenes in #Jakarta #Indonesia. Several coordinated bombings. pic.twitter.com/Ck3D3Ms2mk— Natasha Fatah (@NatashaFatah) January—, 2016

Des hélicoptères survolaient la zone des explosions. L'ambassade de France a envoyé sur twitter un message d'alerte demandant de «limiter les déplacements en ville». Elle demande également de ne pas se rendre à l'ambassade.

ALERTE - Menace terroriste toujours en cours à JAKARTA : prière de limiter autant que possible vos déplacements en ville.— AmbafranceJakarta (@FranceJakartaFR) January—, 2016  

Incident grave toujours en cours à proximité de Sarinah(JalanThamrin). Prière de ne pas venir à l'ambassade.— AmbafranceJakarta (@FranceJakartaFR) January14, 2016

JUST IN: CNN speaksto @UN employeein lockdownatsceneof multiple explosions in #Jakarta https://t.co/RTXFasi1gC https://t.co/nzuNbQs5bQ— CNN International (@cnni) January—, 2016

Le président indonésien a rapidement qualifié ces explosions «d'actes de terrorisme». 

La police indonésienne était en alerte maximale pendant les fêtes de fin ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant