Indonésie: manifestation de milliers de taxis contre Uber marquée par des violences

le
0
Indonésie: manifestation de milliers de taxis contre Uber marquée par des violences
Indonésie: manifestation de milliers de taxis contre Uber marquée par des violences

Des milliers de chauffeurs de taxis ont bloqué mardi des artères de Jakarta au cours d'une manifestation contre Uber et d'autres services de voitures de tourisme en ligne, certains manifestants agressant des concurrents et mettant le feu à des pneus sur la chaussée.Les manifestants, parmi lesquels des trois-roues motorisés et des conducteurs de bus, ont orné leurs véhicules de pancartes: "Arrêtez les taxis illégaux" et manifesté devant le Parlement ainsi que le ministère des Communications.Des violences ont éclaté au moment où un convoi de taxis a complètement paralysé la circulation au centre-ville. Des manifestants ont alors sauté sur des taxis refusant de participer au mouvement, tandis que des rixes ont opposé des chauffeurs de taxi à des conducteurs de voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) ainsi que des services de taxi en ligne dans plusieurs endroits de la capitale.Quelques personnes ont été légèrement blessées - visage ensanglanté, contusions - et la police a interpellé une soixantaine de conducteurs de motocyclettes de la start-up Go-Jek, un important concurrent des motos-taxis traditionnels.De nombreux automobilistes ont été bloqués dans des embouteillages monstres, qui ont affecté également le président indonésien, Joko Widodo, et le vice-président, Jusuf Kalla, arrivés tous deux en retard à des réunions.Les conducteurs de taxi traditionnels et motos-taxis protestent contre ces nouveaux services proposant des déplacements à des prix inférieurs, accusant les sociétés en question de ne pas payer d'impôts et taxes."Je veux qu'on interdise Uber, GrabCar, Go-Jek car ils nous ruinent", a lancé Dudin Suhendri, un chauffeur de taxi de 58 ans, citant plusieurs noms d'applications populaires, à l'image de la société californienne de voitures de VTC Uber.Cette dernière, objet de conflits avec les autorités de régulation et les compagnies de taxis traditionnels dans d'autres pays tels les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant