Indonésie : les huit condamnés ont chanté avant d'être fusillés

le
0
Indonésie : les huit condamnés ont chanté avant d'être fusillés
Indonésie : les huit condamnés ont chanté avant d'être fusillés

Deux Australiens, un Brésilien, trois Nigérians, un Ghanéen et un Indonésien ont été fusillés peu après minuit (heure locale), mercredi, au complexe pénitentiaire de l'île isolée de Nusakambangan, «l'Alcatraz indonésien». Comme le Français Serge Atlaoui, momentanément épargné, une jeune mère de famille philippine a obtenu un sursis au dernier moment.

Les huit condamnés à mort ont été extraits de leur cellule à l'isolement, conduits dans une clairière, attachés à un poteau et fusillés par un peloton d'exécution de 12 tireurs. Ils ont apparemment tous refusé d'avoir les yeux bandés comme ils en avaient la possibilité, et ont chanté des louanges à Dieu peu avant d'être fusillés au milieu de la jungle, selon la pasteur Christie Buckingham qui était présente. Le mari du pasteur, qui a offert un accompagnement spirituel à l'un des deux Australiens dans ses derniers moments, a raconté que sa femme lui avait dit que les condamnés s'étaient comportés avec «dignité et force jusqu'au bout».

A l'approche de minuit, des partisans en larmes ont aussi chanté des hymnes et tenu des bougies en l'air au cours d'une veillée à Cilacap, ville portuaire face à l'île de Nusakambangan.

Après les exécutions, des membres de familles de condamnés ont éclaté en sanglots, soutenus par des proches et amis. L'un des avocats indonésiens représentant les deux Australiens s'est dit «désolé» sur Twitter de n'avoir pu empêcher leur exécution. «J'ai échoué. J'ai perdu», a écrit Todung Mulya Lubis.

I failed. I lost.— Todung Mulya Lubis (@TodungLubis) 28 Avril 2015

Dans les heures qui ont précédé la mort des condamnés, les familles des détenus avaient rendu une dernière visite à leurs proches, dans une atmosphère empreinte d'angoisse, de tristesse et d'émotion. «S'il vous plaît, président, ne le tuez pas», avait imploré, en larmes, la mère du condamné australien Myuran Sukumaran, 34 ans. Le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant