Indonésie : l'éruption du volcan Sinabung fait au moins quatorze morts

le
0
Indonésie : l'éruption du volcan Sinabung fait au moins quatorze morts
Indonésie : l'éruption du volcan Sinabung fait au moins quatorze morts

Quatorze personnes au moins, dont quatre enfants, sont décédées samedi en raison de l'éruption du volcan Sinabung, en Indonésie. Les victimes ont été prises dans un nuage brûlant de cendres. Les photos prises par un reporter de l'AFP montrent des scènes apocalyptiques de cadavres recouverts d'une épaisse poussière grise. Les secours, protégés par de simples masques, n'ont pu lutter contre la fumée pour les atteindre. Les recherches ont dû être interrompues, en raison des gaz mortels et de la chaleur du nuage craché par le volcan. Les autorités craignent toutefois un nombre bien plus grand de morts.

Des cendres chaudes jusqu'à 2 000 mètres

Selon un premier bilan, huit personnes ont trouvé la mort dans le village de Sukameriah, selon Sutopo Purwo Nugroho, le porte-parole de l'Agence nationale de gestion des catastrophes. Trois autres corps ont été retrouvés dans le village en fin d'après midi et emmenés à l'hôpital pour y être identifié. Trois autres personnes, un père, son fils et autre homme, ont subi de graves brûlures. Tous trois sont en soins intensifs dans un hôpital local. «La peau (des cadavres) était intacte, les visages étaient enflés et les langues sortaient de leurs bouches», raconte un journaliste de l'AFP.

Le mont Sinabung est situé à l'ouest de l'île de Sumatra. Réveillé en 2010 après environ quatre siècles d'inactivité, ce volcan a connu une forte activité en janvier avant une accalmie depuis mi-janvier. Il s'est réveillé violemment samedi matin, envoyant des roches et cendres chaudes jusqu'à 2 000 mètres d'altitude.

Le village de Sukameriah se situe dans la zone rouge, là où la présence humaine est strictement interdite. Mais, malgré cette interdiction, les habitants pénètrent souvent dans la zone pour vérifier leurs maisons et leurs biens ainsi que leurs récoltes.

Depuis septembre dernier, 30 000 personnes avaient été évacuées de la région. Mais certains habitants sont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant