Indonésie : 8 condamnés à mort fusillés malgré la mobilisation internationale

le , mis à jour le
0
Indonésie : 8 condamnés à mort fusillés malgré la mobilisation internationale
Indonésie : 8 condamnés à mort fusillés malgré la mobilisation internationale

Ils sont bien passés devant un peloton d'exécution malgré les nombreux appels à la clémence. L'Indonésie a confirmé mardi soir l'exécution de huit condamnés à mort, dont sept étrangers. Une Philippine a obtenu un sursis au dernier moment. 

Deux Australiens, un Brésilien, trois Nigérians, un Ghanéen et un Indonésien, tous condamnés pour trafic de drogue, ont été fusillés au complexe pénitentiaire de l'île isolée de Nusakambangan dans la nuit de mardi à mercredi, peu après minuit heure locale (19 heures en France), comme c'est traditionnellement le cas.

Les premières réactions diplomatiques ne se sont pas fait attendre. Dans la soirée, le Premier ministre australien a annoncé que son pays allait rappeler son ambassadeur. «Nous déplorons ce qu'ils ont fait et cela ne peut pas être considéré comme une simple affaire de routine», a déclaré Tony Abbott.

De même la France «rappelle son opposition à la peine de mort, en tous lieux et en toutes circonstances», a indiqué mardi soir le porte-parole du ministère des Affaires étrangères. Dans un communiqué, Romain Nadal a assuré que Paris était «solidaire avec les pays des ressortissants» étrangers exécutés et rappelé que « les autorités françaises demeurent totalement mobilisées en faveur de Serge Atlaoui, dont la situation reste très préoccupante».

«Nous menons une guerre contre les horribles crimes liés à la drogue qui menacent la survie de notre nation», a justifié quelques heures plus tard le procureur général d'Indonésie Muhammad Prasetyo, soulignant qu'une «exécution n'est pas une tâche plaisante». Quant au volet diplomatique, «nous ne faisons pas des ennemis de pays d'où venaient les exécutés. Nous luttons contre les crimes liés à la drogue», a-t-il souligné, voulant croire que la décision australienne de rappeler son ambassadeur n'était que provisoire.

Ils ont été fusillés dans une clairière

Dans les heures qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant