Indifférence et embarras à Saint-Nazaire sur les Mistral

le
1
À SAINT-NAZAIRE, LA LIVRAISON DES MISTRAL SUSCITE INDIFFÉRENCE ET EMBARRAS
À SAINT-NAZAIRE, LA LIVRAISON DES MISTRAL SUSCITE INDIFFÉRENCE ET EMBARRAS

par Guillaume Frouin

SAINT-NAZAIRE Loire-Atlantique (Reuters) - La confirmation par François Hollande de la livraison du premier des deux porte-hélicoptères Mistral à la Russie suscite indifférence ou embarras à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), où les marins russes se forment dans la plus grande discrétion.

Aucun responsable socialiste local n'a réagi à l'annonce du président français, qui a ainsi ignoré les avertissements de ses partenaires après la destruction de l'avion de la Malaysia Airlines jeudi en Ukraine.

Ce silence fait écho à la discrétion dans laquelle 400 marins russes sont formés depuis le 30 juin à Saint-Nazaire à la man½uvre des deux navires, dont la construction s'achève.

Seuls les écologistes réclament la suspension de leur vente après que le Parlement européen s'est prononcé pour un embargo sur les ventes d'armes - y compris ces deux Bâtiments de projection et de commandement (BPC) de type Mistral.

EELV a dénoncé "l'hypocrisie de la position française, qui prétend défendre le peuple ukrainien et la sécurité européenne tout en formant 400 marins russes à Saint-Nazaire", une ville dont les chantiers navals STX sont le poumon économique.

"On ne souhaite pas donner plus d'importance que cela aux positions des uns et des autres", dit-on diplomatiquement à la mairie de Saint-Nazaire, dirigée par David Samzun (PS). "On n'a pas à réagir sur cette affaire, qui concerne d'abord le ministère des Affaires étrangères et STX."

"On sent les socialistes très partagés sur le sujet, ils n'ont pas tous la même position", estime Jean-Claude Blanchard, conseiller municipal Front national à Saint-Nazaire et l'un des rares à afficher publiquement son soutien à la Russie.

"Si la mairie ne veut pas communiquer, c'est peut-être aussi parce que les écologistes sont dans la majorité municipale", ajoute ce fonctionnaire retraité de 62 ans, qui a été soudeur et délégué syndical aux ex-chantiers de l'Atlantique.

La traditionnelle cérémonie d'accueil des commandants de bord étrangers à l'Hôtel de ville devrait néanmoins avoir lieu "probablement fin août", souligne la ville de Saint-Nazaire, si le haut gradé russe qui dirige le Mistral en fait la demande - ce qui n'est toujours pas le cas à ce jour.

DES RUSSES "PLUTÔT GENTILS"

Les créneaux horaires laissés à la disposition des 400 marins russes dans les installations sportives de la ville ne sont par ailleurs "pas du tout utilisés" pour le moment, observe-t-on à la mairie, où l'on n'exclut néanmoins pas un possible défaut d'information des premiers intéressés.

Décrits comme "gentils" et "plutôt contents d'être là" par un responsable syndical de STX, ces derniers se montrent également très discrets dans les commerces du centre-ville.

"J'ai vu passer mes trois premiers marins ce matin", soupire Stéphane Deniel, le patron du Café du Marché, pourtant situé non loin du "Smolny", le bateau-école où sont logés et nourris les 400 militaires russes pendant les six mois de leur formation.

"Les BPC ont donné du travail aux ouvriers des chantiers, mais je ne comptais pas sur les Russes pour améliorer mon chiffre d'affaires : je suppose qu'ils n'ont pas une grosse solde, et qu'on ne laisse pas circuler sans surveillance des militaires comme eux sur le territoire", poursuit-il.

La "polémique" sur la livraison des deux navires militaires fait "doucement rigoler" le patron de bar et ses clients. "A écouter certains, on a l'impression que la Russie attend ces deux bateaux pour pouvoir faire la guerre", dit Stéphane Deniel. "En fait, elle ne nous a pas attendus pour ça !"

L'afflux de marins russes en permission se ferait surtout ressentir en centre-ville dans des commerces spécialisés, comme la boutique SFR de l'avenue de la République.

"Là-bas, c'est de la folie, ils viennent tous acheter des cartes de téléphonie mobile", assure une cliente, qui a interrogé un vendeur après avoir vu des personnes devant elle parler "anglais avec un fort accent" russe.

(Edité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7403983 le mardi 22 juil 2014 à 17:52

    Il faut attendre les déclarations de notre retourne veste ....