Indics : dans l'ombre, ils informent l'État

le
0
VIDÉO - Qui les connaît vraiment? Ce sont des agents de renseignement plus ou moins officiels, des voyous en bisbille avec le milieu ou des aventuriers tuyautant les douanes sur les trafics en tout genre.

Un très secret bureau central des sources

Le c½ur de la matrice se situe au sein du très secret Service interministériel d'assistance technique (SIAT). Derrière son intitulé apparemment banal, pouvant presque faire songer à de la maintenance informatique, cette unité se révèle être le fer de lance des services répressifs de l'Etat afin d'infiltrer le crime organisé. Aux confins de la police judiciaire et de la sécurité publique, implanté au sein du quartier général de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), rue des Trois-Fontanot à Nanterre, dans les Hauts-de-Seine, le SIAT ne forme pas seulement une cohorte de «zombies», superflics de l'ombre qui vivent aux côtés des voyous jusqu'à les faire tomber. Il recrute aussi les taupes et, surtout, gère en père tranquille l'une des plus impressionnantes pépinières d'indics que la France ait connue, via le Bureau central des sources (BCS). Personne ou presque ne connaît son existence. Trop confi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant