Indication géographique : avis de tempête dans les verres de vin

le , mis à jour à 08:48
7
Indication géographique : avis de tempête dans les verres de vin
Indication géographique : avis de tempête dans les verres de vin

Avez-vous déjà trempé vos lèvres dans un vin blanc* breton ? Humé le bouquet d'un breuvage ch'ti dont le raisin a poussé sur les terrils du Pas-de-Calais ? C'est peu probable car, jusqu'à présent, ces vins, produits souvent par des associations et sur de petites parcelles, étaient interdits à la vente. A partir du 1er janvier, ce ne sera théoriquement plus le cas avec l'arrivée des nouvelles plantations, n'importe où en France, des « vin sans indication géographique » (VSIG). Une petite révolution venue de Bruxelles, aux contours encore flous et à l'impact difficilement prévisible, qui fait déjà trembler le monde viticole.

Fin décembre, les experts du vin réunis au sein de FranceAgriMer, (l'office public agricole) ont validé officiellement une décision européenne prise en 2007 et entrée en vigueur vendredi. Objectif ? Libéraliser la culture du vin dans les pays membres de l'Union européenne en donnant l'autorisation aux vignerons d'étendre leurs vignes déjà existantes ou d'en planter de nouvelles. Chaque année, la surface viticole nationale pourra ainsi croître de 1 %. Soit 8 057 ha supplémentaires pour 2016.

EN SAVOIR PLUS

> POUR OU CONTRE ? Les vignerons partagés (abonnés)

> REPORTAGE. Ces Ch'tis veulent vendre du «charbonnay» (abonnés)

> REPORTAGE. Patrick Boudignot va produire des «vins de copains» en Seine-et-Marne (abonnés)

Une révolution culturelle

« Dans certaines régions, les plantations de nouvelles vignes seront automatiques. Dans d'autres, nous déciderons de les limiter », prévient Jean-Luc Dairien, directeur de l'Inao (Institut national de l'origine et de la qualité) qui, avec FranceAgriMer, instruira les demandes. Les conseils régionaux des zones concernées pourront aussi imposer un plafond de développement des surfaces plantées.

En Ile-de-France — où bon nombre de producteurs sont réunis en associations —, « la mesure est attendue de longue date », ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 11 mois

    la stratégie du chaos fonctionne jusque dans nos assiettes et nos verres. C'est une volonté délibérée.

  • charleco il y a 11 mois

    La stratégie du chaos fonctionne.

  • vazi il y a 11 mois

    début de la fin on va avoir un aperçu de la réglementation des échanges commerciaux avec les USA, des produits sans origine géographique ensuite fabrication comme c'est déjà le cas chez eux sans détails de compositions et bien sur avec interdiction de précision pour éviter la concurrence, donc l'appellation terroir et produit naturelle etc seront sanctionné. On mangera on ne sait plus quoi fabriqué on ne sait plus comment. Elle est pas belle la vie !!!Vive BRUXELLES que l'on nourri gracemment

  • jbellet il y a 11 mois

    encore une mauvaise decision de l'europe qui a payé il y a une dizaine d'années pour que l'on arrache des plants de vigne !!! au fou ... voila ou passe nos impots

  • c.voyant il y a 11 mois

    Retour des gros rouges qui tachent," Le Pré-Fontaine Le Velours de l'estomac" çà me rappelle ma jeunesse ou les clochards pouvaient se souler à bons comptes.

  • ppsoft il y a 11 mois

    Ça s'annonce plutôt pas mal, tout ça. :-)

  • lorant21 il y a 11 mois

    un peu de liberté ne fait pas de mal..