Indépendance de la Catalogne : la justice espagnole suspend le référendum

le
0
Indépendance de la Catalogne : la justice espagnole suspend le référendum
Indépendance de la Catalogne : la justice espagnole suspend le référendum

C'était plutôt prévisible. Ce lundi, la justice espagnole a suspendu sans surprise le référendum sur l'indépendance de la Catalogne, faisant suite au recours déposé par Madrid. Pour autant, les nationalistes au pouvoir dans la région continuent de préparer le scrutin prévu pour le 9 novembre. Les magistrats doivent encore se prononcer sur le fond, dans un délai maximum de cinq mois.

Le chef du gouvernement Mariano Rajoy accuse l'initiative d'attenter à «la souveraineté» de l'Espagne : «Rien, ni personne, ni aucun pouvoir, ni aucune institution ne peut rompre ce principe de souveraineté unique, indivisible sur lequel se fonde notre vie commune», a-t-il déclaré à l'issue d'un Conseil des ministres extraordinaire convoqué dans la matinée pour adopter le recours. Selon lui, cette idée de référendum «va à l'encontre de la loi, elle dépasse le cadre de la démocratie, divise les Catalans, les éloigne de l'Europe et du reste de l'Espagne».

Près de 9 millions d'euros d'organisation

A l'inverse, le président de la région, Artur Mas, dénonce «la vitesse supersonique» avec laquelle s'est réuni le Tribunal constitutionnel : «Ils ont franchi le mur du son, ils n'ont pas attendu un seul jour», a-t-il ironisé avant même que la décision de justice soit connue. Artur Mas n'a de cesse de demander à Madrid d'autoriser le vote, comme Londres a autorisé le référendum du 18 septembre à l'occasion duquel l'Ecosse a dit non à l'indépendance.

«Le processus ne s'achève pas avec une décision du Tribunal constitutionnel», a-t-il prévenu avant de rappeler que le référendum, même en cas de victoire du oui, ne conduirait pas automatiquement à l'indépendance : «Il s'agit de savoir ce que pensent les Catalans.» Sur la place historique de Sant Jaume, dans le centre de Barcelone, un panneau lumineux continue d'égrainer le temps qu'il reste jusqu'au 9 novembre. La campagne officielle ne doit débuter que le 2 novembre. Sont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant