Indemnisation de 11 millions d'¤ pour les parents d'un enfant handicapé

le
0
Indemnisation de 11 millions d'€ pour les parents d'un enfant handicapé
Indemnisation de 11 millions d'€ pour les parents d'un enfant handicapé

11 millions d'euros pour tenter de rattraper toute une vie. Selon Nice Matin et RTL, cette indemnisation record vient d'être accordée par la Cour d'appel d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) à la famille Giardina, dont l'un des enfants est né lourdement handicapé en 2000 en raison des fautes commises par un obstétricien.

Ce dernier avait été reconnu coupable et condamné pour «coups et blessures involontaires» et «altération frauduleuse de la vérité» en 2012. Ce qui était déjà une première en France. 

L'obstétricien avait refusé la césarienne

Le 29 juillet 2000, Sandrine Giardina entre dans une clinique de Cagnes-sur-Mer afin de procéder à l'accouchement de son futur bébé Philippe. Problème, l'enfant présente une «bosse séro-sanguine», une excroissance du crâne qui empêche l'obstétricien, le docteur Seklaoui, de savoir si le bébé se présente bien. Pourtant, celui-ci insiste pour effectuer un accouchement par voie naturelle. 

Place ensuite à ce que l'avocat de la famille qualifie de «négligences coupables» du médecin. Au milieu de la nuit, il est rentré chez lui, avant de revenir vers 6h30 et de s'obstiner dans son refus de césarienne. «Il a tiré de toutes ses forces, provoquant un jet de liquide, décrivait le papa de Philippe, dans nos colonnes. Comme s'il avait voulu faire rentrer de force une voiture de 2 m de large dans un garage de 1,50 m en la poussant avec un bulldozer. Il a dégommé notre enfant. Par orgueil et par incompétence». Une césarienne est finalement déclenchée en urgence mais le mal est fait : l'enfant est asphyxié. Plus tard, le docteur trafiquera même le dossier médical du jeune Philippe Giardina. 

«J'ai longtemps attendu qu'il demande pardon...»

Aujourd'hui, celui qui est désormais un adolescent de 14 ans est handicapé à 100 %. Il souffre d'une forme d'infirmité motrice et cérébrale (IMC) très grave et doit être nourri par une seringue directement dans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant