Indemnisation chômage : les ratés des droits rechargeables

le
2
Indemnisation chômage : les ratés des droits rechargeables
Indemnisation chômage : les ratés des droits rechargeables

Avec les droits rechargeables entrés en vigueur au 1er octobre, lorsqu'un salarié perd son emploi, il doit épuiser ses anciens droits à indemnisation, s'il lui en reste, avant d'en obtenir de nouveaux. Si ses anciens droits sont inférieurs aux plus récents, il est pénalisé. Au minimum ce sont 30.000 chômeurs qui seraient lésés, selon l'Unedic. «Au moins 100.000», d'après la CGT, dont le blog CGTChômeursrebelles56 publie une autre note de l'organisme de l'assurance-chômage selon laquelle 500.000 demandeurs d'emploi seraient affectés.

Conscientes du problème, les organisations patronales et syndicales se sont réunies une première fois mardi pour tenter d'y apporter une solution et se retrouveront le 18 mars pour une séance qu'elles souhaitent «conclusive».

La CGT, non-signataire de la convention Unedic valable jusqu'à mi-2016, a plaidé mardi en faveur d'une «réadmission améliorée» qui permettrait aux demandeurs d'emploi de toucher leur droit le plus élevé pendant toute la période d'indemnisation. Cette solution «coûte à l'Unedic», admet Eric Aubin, secrétaire confédéral de la CGT, pour qui «apporter un droit nouveau sans apporter des financements nouveaux» signifie «amputer les droits de certains demandeurs d'emploi».

Les allocataires doivent pouvoir choisir, selon la CFDT

Côté CFDT, la secrétaire générale adjointe Véronique Descacq, attend des «chiffrages complémentaires» de l'Unedic pour établir «qui et combien de personnes» sont concernées pour proposer des «mesures correctives». La numéro deux de la CFDT s'est dite favorable au «droit d'option» pour que «les gens aient le choix en toute connaissance de cause, en étant correctement informés, et puissent choisir s'ils le souhaitent d'abandonner leurs petits droits pour garder seulement les droits les plus élevés».

Le vice-président du Medef, Jean-François Pilliard, a lui émis pour seul vÅ"u de «ne pas sortir du cadre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Cambio17 le mardi 3 mar 2015 à 19:46

    Une personne qui est en ASS soit 500 euros par mois et qui possède un revenu du capital inférieur à 1325 euros mois n'a aucun interet à retrouver du travail en intérim ou cdd, seuls les cdi sont interessant, surtout après 40 ans !!!!!!!!!

  • p.cuquel le mardi 3 mar 2015 à 19:35

    je suis dans ce cas, mais ce qui est navrant c'est que ce n'est pas le vrai problème : les politiques et syndicats n'ont pas compris qu'ils ont créé un système qui pousse encore plus le chômage de longue durée. Ce que l'on m'a expliqué c'est que dans deux ans, je toucherai les droits de mon travail (6 mois) repris après ma première période de chômage. Ils ont donc fait le pari que je serai encore au chômage dans 2 ans : c'est ça leur problème !