Indemnisation chômage : accord au finish entre patronat et syndicats

le
1
Indemnisation chômage : accord au finish entre patronat et syndicats
Indemnisation chômage : accord au finish entre patronat et syndicats

Patronat et syndicats sont parvenus dans la nuit de vendredi à samedi, après une négociation marathon, à un accord sur de nouvelles règles d'indemnisation des chômeurs, notamment un nouveau système de droits rechargeables, ont indiqué les négociateurs de la CGPME et de la CFTC.

Le texte présenté par le patronat (Medef, CGPME, UPA) a recueilli un premier avis positif de trois syndicats (CFDT, FO, CFTC), selon la même source. La CGT et de la CFE-CGC s'y sont opposés. Les syndicats doivent consulter leurs instances dirigeantes avant de signer officiellement cette nouvelle convention Unédic, qui devra aussi être agréée par l'Etat.

Un accord surprise

Ce projet d'accord constitue une surprise. Durant la journée, les concessions arrachées au Medef n'avaient pas suffi en effet à convaincre les organisations syndicales de signer un texte jugé encore trop défavorable aux 2,2 millions de chômeurs indemnisés. En début de soirée les discussions se poursuivaient toujours mais «on est encore trop loin d'un accord»,indiquait la négociatrice de la CFDT, Véronique Descacq à la faveur d'un pause en fin de journée qui reconnaissait toutefois des «avancées intéressantes».

«Je suis très pessimiste», assurait de son côté Eric Aubin, de la CGT, qui s'est plaint que le «patronat ne discute qu'avec les organisations susceptibles de signer», sous-entendu la CFDT, la CFTC et FO.

Devant l'échec programmé des négociations, le gouvernement, qui n'est pas censé participer aux débats, est sorti du bois vendredi, appelant les partenaires sociaux à «prendre leurs responsabilités pour «arriver à un accord». «Je l'espère et je leur demande de le faire», avait lancé le ministre du Travail Michel Sapin.

Le projet d'accord prévoit la mise en ?uvre «des droits rechargeables», un nouveau système qui permettra aux chômeurs de conserver l'ensemble de leurs droits à indemnisation, en cas de reprise d'emploi.

Une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jackie le samedi 22 mar 2014 à 07:34

    ils viennent faire quoi les syndicale encore, pensez à la Redoute, la moitié des salariés sauvés mais on ne signe pas, BRAVO