Inde: trois soldats tués dans une attaque contre une base militaire

le
0
Un soldat sur la base militaire de Nagrota au nord de l'Inde, le 29 novembre 2016 ( AFP / STRINGER )
Un soldat sur la base militaire de Nagrota au nord de l'Inde, le 29 novembre 2016 ( AFP / STRINGER )

Trois soldats indiens ont été tués mardi dans l'attaque d'une base militaire dans le nord du pays, à proximité de la frontière pakistanaise, a indiqué à l'AFP un responsable de la police.

"Les quatre extrémistes ont été tués. Trois soldats dont un commandant sont morts dans les combats" au cours de cet assaut contre un quartier-général militaire de Nagrota, dans l'Etat de Jammu-et-Cachemire (nord), a déclaré à l'AFP un haut gradé de la police sous couvert d'anonymat.

Les échanges de feu sont terminés et les opérations de sécurisation sont en cours, a-t-il ajouté.

Située à 90 kilomètres au sud de Srinagar, grande ville du Cachemire indien, et à une vingtaine de kilomètres à l'est de la frontière pakistanaise, Nagrota accueille un important centre de commandement militaire régional.

La ville est de plus placée le long d'une route stratégique qui relie la région contestée du Cachemire au reste de l'Inde.

Cette attaque intervient à quelques jours de la visite d'un haut responsable pakistanais, la première en Inde depuis l'assaut du camp militaire indien d'Uri par des rebelles qui avait coûté la vie à 19 soldats indiens mi-septembre.

"Cela ressemble clairement à une tentative de certains groupes de saboter l'apparent geste d'apaisement du gouvernement pakistanais", a noté Mohan Guruswamy, directeur du groupe de réflexion Centre for Policy Alternatives à New Delhi.

L'Inde accuse le Pakistan de soutenir en sous-main les infiltrations et la rébellion armée dans la partie du Cachemire contrôlée par New Delhi, ce qu'Islamabad a toujours démenti.

Des soldats indiens sur la base militaire de Nagrota, au nord de l'Inde, le 29 novembre 2016
Des soldats indiens sur la base militaire de Nagrota, au nord de l'Inde, le 29 novembre 2016 ( AFP / STRINGER )

Les tensions entre les deux puissances nucléaires se sont envenimées depuis deux mois et demi autour de la région himalayenne du Cachemire, qu'elles revendiquent toutes deux depuis la partition de 1947.

Une dizaine de jours après l'attaque d'Uri, l'Inde a annoncé avoir mené des raids de l'autre côté de la frontière de facto au Cachemire, une version démentie par le Pakistan.

La ligne de démarcation au Cachemire est ces derniers temps le théâtre quasi-quotidien de tirs transfrontaliers, parfois meurtriers.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant