Inde : nouveaux cas d'intoxication alimentaire chez des écoliers

le
0
Inde : nouveaux cas d'intoxication alimentaire chez des écoliers
Inde : nouveaux cas d'intoxication alimentaire chez des écoliers

Trois jours après l'intoxication mortelle d'écoliers dans l'Etat du Bihar dans le nord-est de l'Inde, une vingtaine d'écoliers de l'Etat de Goa, dans le sud-ouest du pays, ont été hospitalisés. Selon CNN, qui révèle l'information, le commissaire de police de la région, Vishram Borkar a annoncé qu'il y avait au moins un cas d'empoisonnement alimentaire chez ces enfants et qu'une enquête était en cours.

D'autre part, le bilan s'est alourdi pour les enfants empoisonnés du Bihar. Au moins 23 d'entre eux sont décédés après avoir mangé un plat de riz et de lentilles cuisiné au sein de leur école. Et une trentaine d'enfants étaient toujours hospitalisés vendredi.

Les parents endeuillés réclament justice

Leur mort de ces petites victimes âgées de 4 à 12 ans a par ailleurs provoqué de violentes manifestations des familles en colère. Accablés de colère et de chagrin, des parents ont saccagé le domicile de la directrice de l'établissement, en fuite depuis les premiers décès, en brisant des vitres et en tentant d'y mettre le feu. Ils ont également tenté de s'introduire dans deux bureaux du gouvernement local dans le village de Gandaman, où les enfants sont morts. Ces bureaux abritent des produits alimentaires destinés aux habitants n'ayant pas les moyens d'acheter de la nourriture.

«Pourquoi la police n'a-t-elle pas été capable d'arrêter la directrice qui a forcé nos enfants à manger de la nourriture empoisonnée ? Elle devrait être tuée», a lancé un père, Surendra Rai, qui a pris part à l'expédition menée par les parents jeudi soir, après l'inhumation de la plupart des enfants. Selon lui, sa fillette de huit ans a succombé quelques minutes après avoir pris son repas, un témoignage qui fait écho à d'autres récits de parents dont les enfants sont morts dans leurs bras avant qu'ils puissent les emmener à l'hôpital.

La directrice responsable ?

Les premiers éléments de l'enquête ont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant