Inde : les attaques se multiplient contre les chrétiens

le
0
Des chrétiens manifestent le 16 mars contre le viol d'une religieuse au Bengale-Occidental.
Des chrétiens manifestent le 16 mars contre le viol d'une religieuse au Bengale-Occidental.

C'était l'une des grandes questions soulevées en mai 2014 lors de l'élection triomphale de Narendra Modi à la tête de l'Inde. Les minorités religieuses souffriront-elles de la prise de pouvoir du chantre de l'extrême droite hindoue et de son Parti du peuple indien (Bharatiya Janata Party, BJP) ? Aujourd'hui, l'interrogation est posée au grand jour alors que les attaques visant la minorité chrétienne (2,3 % de la population) se multiplient. Les dernières en date concernent le viol d'une religieuse septuagénaire, commis le 14 mars dans un couvent du Bengale-Occidental, puis, le 15 mars, la profanation d'une église dans l'Haryana et encore samedi dernier à Mumbai. "Depuis l'arrivée de M. Modi, il existe un sentiment de peur au sein des minorités religieuses", estime M. Lenin Raghuvanshi, secrétaire général de People's Vigilance Committee on Human Rights (PVCHR). "Nous ne sommes pas paniqués, mais inquiets", a cru bon de préciser Samuel Jayakumar, du National Council of Churches in India. Seule certitude, ces incidents s'inscrivent dans une série d'attaques. Jets de pierres, statues vandalisées ou incendie criminel, les profanations sont diverses, mais cinq églises ont été touchées depuis décembre à Delhi. D'après un rapport du Catholic Secular Forum (CSF), près de trois cents religieux et leaders chrétiens ont été ciblés l'an dernier, et des milliers de chrétiens et de musulmans auraient été "reconvertis" à l'hindouisme. Pour Joseph Dias,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant