Inde : le troisième sexe, grandeur et misère

le
0
À Koovagam, un minuscule village du sud de l'Inde, les transgenres viennent s'unir à un dieu le temps d'une nuit.
À Koovagam, un minuscule village du sud de l'Inde, les transgenres viennent s'unir à un dieu le temps d'une nuit.

En s'extirpant du temple au crépi couleur de sulfate bleu, Jasmine, Somana et Kavita essuient les perles de sueur qui mettent en péril leur épais maquillage. Elles rajustent les plis de leurs saris chatoyants, bombent langoureusement la poitrine et lissent leurs cheveux ornés de jasmin. Autour d'elles, les abords du temple sont investis d'une joyeuse cohue mêlant fête foraine, pèlerinage et foire religieuse, sous le tintement des clochettes des vendeurs de glace. Dans le flot des visiteurs, elles aperçoivent leur amie Sheela. Rieuses et exubérantes, Jasmine, Somana et Kavita se précipitent vers elle, lui touchent les pieds pour marquer le respect dû à une aînée puis l'enlacent et la taquinent. "Tu ne vas pas au temple accomplir le rituel ?" l'interroge Jasmine d'une voix rauque. Ondulant des mains, Sheela prend un air précieux et écoeuré : "Tout ce camphre qui brûle autour du prêtre... L'an dernier, je me suis trouvée mal à cause de la fumée !" Elles pouffent de rire en se prenant affectueusement par la taille. Leur solidarité est leur seul bagage pour affronter la vie.

Comme leurs 50 000 "soeurs" qui ont fait le déplacement à Koovagam, un minuscule village du Tamil Nadu, dans le sud de l'Inde, Jasmine, Somana et Kavita viennent d'épouser un dieu. Il s'agit du valeureux guerrier Aravan, célébré dans le temple sous l'avatar de Koothandavar. Et quand, un peu plus tôt, le prêtre hindou leur a noué autour du cou un "thali", le pendentif...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant