Inde-Le Premier ministre au Cachemire après plusieurs attentats

le
0

SRINAGAR, Inde, 8 décembre (Reuters) - Le Premier ministre indien Narendra Modi était attendu au Cachemire lundi pour rassembler ses partisans après une série d'attentats dans cet Etat mis sur le compte de groupes séparatistes musulmans basés au Pakistan voisin. Onze policiers et militaires ont été tués vendredi à la faveur d'une attaque contre une base de l'armée indienne. L'Inde a appelé le Pakistan à mieux surveiller la frontière militarisée qui divise le Cachemire pour empêcher les activistes de la traverser. Pour le Premier ministre indien et l'armée, cet attentat, avec d'autres, vise à perturber les élections qui se tiennent de façon échelonnée au Cachemire. Pour les deux premières phases du scrutin, un taux record de participation de 70% a été enregistré. Les séparatistes avaient appelé à le boycotter. Le Cachemire est au centre de l'Inde forte et unifiée prônée par le BJP, le parti de la droite nationaliste hindoue du Premier ministre. Le parti souhaite la fin du statut particulier dont bénéficie cet Etat en vertu de la constitution indienne. Lundi à Srinagar, la capitale du Cachemire, coeur de la révolte contre le pouvoir indien depuis 25 ans, 3.000 paramilitaires, accompagnés de chiens renifleurs, montaient la garde autour d'un terrain de cricket où le Premier ministre devait prononcer un discours. Pour l'emporter, le BJP compte sur les voix des électeurs de la région du Jammu, à majorité hindoue, et sur celles des bouddhistes du Ladakh. Il parie aussi sur la montée en puissance des indépendants. Le Pakistan estime le scrutin dénué de sens. Il souhaite des pourparlers pour résoudre le différend qui empoisonne les relations entre les deux pays depuis l'indépendance d'avec le Royaume-Uni en 1947. (Fayaz Bukhari et Sanjeev Miglani; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant