Inde : le jour où les femmes régneront

le
0
Dans l'État d'Assam, des femmes montrent leur carte d'électeur.
Dans l'État d'Assam, des femmes montrent leur carte d'électeur.

Ce n'est plus un secret : la condition de la femme, en Inde, est peu enviable. Le funeste viol collectif d'une étudiante, perpétré à New Delhi en décembre 2012, a provoqué une prise de conscience. Depuis, les Indiens ont réalisé avec effroi le triste sort des femmes et l'ampleur des violences dont elles sont victimes. Et alors que 815 millions d'électeurs sont appelés aux urnes du 7 avril au 12 mai, l'impact de l'électrochoc est indéniable dans le scrutin législatif en cours : les partis politiques ont assimilé l'enjeu. Le thème du statut de la femme a jalonné la campagne, avec un assentiment sur la nécessité de mieux la protéger et la représenter. Prémices d'une évolution ou chasse opportuniste aux bulletins ?

Alertées par les sinistres faits divers, de nombreuses études ont certes enfoncé le clou : la condition de la femme évolue peu. Les Indiennes peinent à faire respecter leur corps, leurs droits et leur présence politique dans une société conservatrice où 57 % des hommes âgés de 15 à 19 ans pensent que battre sa femme est acceptable, selon le sondage d'une agence onusienne. D'après une autre enquête, 81 % des épouses n'osent se rendre chez le docteur sans l'autorisation de leur mari. Sur certains fronts, il y a même aggravation, comme c'est le cas avec l'augmentation des avortements de foetus féminins dans des zones aisées. Et l'Inde piétine à la 101e place sur 136 pays pour l'indice sur l'inégalité des sexes dans le monde,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant