Inde : dix morts dans des violences de castes

le , mis à jour à 11:14
0
Inde : dix morts dans des violences de castes
Inde : dix morts dans des violences de castes

Depuis vendredi, dix personnes ont été tuées dans des violences de caste dans le nord de l'Inde. 150 autres ont été blessées.

Ces tensions, fréquentes en Inde, ont été relancées par la mise en place de quotas pour les basses castes. Le gouvernement indien entend ainsi améliorer le quotidien des victimes des plus graves discriminations existant dans le pays. Mais cette politique déplaît aux autres communautés qui s'estiment lésées. 

Des manifestants appartenant aux Jat, une caste relativement influente mais qui n'est pas concernée par les changements, exigent des quotas pour des emplois dans la fonction publique et des places dans les universités pour les enfants.

Cette protestation a vite tourné à l'émeute. Des maisons ont été incendiées dans la nuit de samedi à dimanche. Des commerces de la ville de Rohtak, localité au coeur des violences, l'ont également été. Des routes et des gares ont aussi été bloquées.

Images from Rohtak. State govt's inexperience let it get to this stage! #Khattar #JatQuotaStir pic.twitter.com/yBpH13hqos— Gargi Rawat (@GargiRawat) February 21, 2016

Images fromRohtak. State govt's inexperiencelet itgetto thisstage! #Khattar #JatQuotaStir pic.twitter.com/yBpH13hqos— GargiRawat(@GargiRawat) February 21, 2016

«Il y a eu des affrontements durant la nuit. Plus de dix bâtiments ont été incendiés, des commerces et des distributeurs de billets ont été pillés en deux endroits», a déclaré le chef de la police Rajv Kumar. 

Le ravitaillement en eau de New Delhi perturbé

 

Devant ces incidents, l'armée a été déployée avec ordre de tirer à vue. Des milliers de soldats ont été dépêchés dans l'Etat de Haryana, voisin de New Delhi. 

Cinq personnes ont notamment été tuées samedi, lorsque l'armée a ouvert le feu sur une foule qui tentait d'attaquer un bâtiment officiel. 

Jat and Khap leaders to meet Home Minister Rajnath Singh at his ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant