Inde : bousculade près d'un temple, 115 morts et 110 blessés

le
0
Inde : bousculade près d'un temple, 115 morts et 110 blessés
Inde : bousculade près d'un temple, 115 morts et 110 blessés

Le dernier bilan de la bousculade survenue dimanche dans le centre de l'Inde, en marge d'une fête religieuse, s'élève officiellement à 115 morts et 110 blessés. L'accident a eu lieu à proximité d'un temple du district de Datia, dans l'Etat du Madhya Pradesh. Un précédent bilan, dimanche, faisait état de 91 morts.

Au moment de la bousculade, selon la police, quelque 20.000 personnes se trouvaient sur un pont, long de 500 mètres et de 10 m de large, enjambant la rivière Sindh. Selon les autorités locales, une rumeur sur le possible effondrement du pont percuté par un tracteur a causé un mouvement de foule. Des pélerins sont morts axphyxiés et d'autres noyés après être tombés dans la rivière.

Des témoins affirment que la police a chargé la foule avec de lourds bâtons de bois, des lathis, ce que les forces de l'ordre ont démenti. Selon le Times of India, le chef médical de Gupta indique que «105 corps ont été dénombrés jusqu'à présent» mais que le bilan pourrait encore s'alourdir car «plusieurs pèlerins sont morts sur le chemin de l'hôpital».

Les hindous célèbrent actuellement Navaratri, en l'honneur de la déesse Dourga, des fêtes religieuses qui attirent des millions de personnes dans les temples. La foule avait afflué tôt le matin sur le site pour célébrer la fin de Navaratri et jusqu'à 400.000 fidèles étaient déjà présents autour du temple de Ratangarh, situé à environ 350 km de Bhopal, la capitale de l'Etat.

Un drame similaire en 2006

En 2006, un drame similaire s'était produit au même endroit lors de la célébration de Navaratri. En tentant de traverser la rivière Sindh, 50 pèlerins étaient morts noyés. Une tragédie qui avait poussé les autorités à construire un pont. «Les policiers de Datia n'ont tiré aucune leçon de la bousculade de 2006», s'indigne en une le Hindustan Times lundi. Cette catastrophe «souligne l'incompétence totale des autorités chargées de la sécurité» ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant