Inde : 21 écoliers meurent empoisonnés à la cantine

le
0
Inde : 21 écoliers meurent empoisonnés à la cantine
Inde : 21 écoliers meurent empoisonnés à la cantine

Vingt et un enfants sont morts après avoir déjeuné à la cantine dans un établissement scolaire public du village indien de Masrakh. Trente autres enfants étaient toujours hospitalisés mercredi à Patna, la capitale de l'Etat indien du Bihar, dont 10 encore dans un état grave selon un bilan officiel. Les enfants décédés mardi ont été inhumés mercredi matin près de leur école.

Les élèves, âgés de 8 à 11 ans, avaient à leur menu un plat de riz et de lentilles préparé dans l'école même. Ils sont tombés malades juste après avoir ingéré le repas et le personnel a arrêté de les servir lorsque les enfants ont commencé à vomir. Selon le ministre de l'Education du Bihar, P K Shahi.

Des phosphates contenus dans un insecticide

Les premiers éléments de l'enquête ont révélé la présence probable de phosphate contenu dans un insecticide utilisé sur le riz et les récoltes de blés. Les aliments n'auraient pas été lavés avant d'être servis. La cause des décès serait un empoisonnement pour lequel les malades sont traités à l'atropine, un antidote généralement utilisé contre les effets des gaz neurotoxiques. «Mes enfants étaient partis à l'école pour apprendre. Ils sont revenus à la maison en pleurant et en disant qu'ils avaient mal», a témoigné un père bouleversé sur la chaîne de télévision NDTV. «Ils n'arrêtaient pas de pleurer en se plaignant de souffrir de maux de ventre terribles», a-t-il ajouté.

Selon des habitants de Masrakh, de l'huile de moutarde contaminée, fort odorante, utilisée pour cuisiner pourrait également être en cause. «Les enquêteurs examinent des échantillons du repas et des vomissures des victimes. Seules les conclusions finales de l'enquête prévaudront», selon Amarjeet Sinha.

Un niveau d'hygiène trop faible dans les cantines scolaires

Le chef du gouvernement du Bihar, Nitish Kumar, a ordonné l'ouverture immédiate d'une enquête et annoncé qu'une équipe ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant