?Incudine turinois ou Hammer bavarois ?

le
0
?Incudine turinois ou Hammer bavarois ?
?Incudine turinois ou Hammer bavarois ?

‏Juve-Bayern ou la rencontre de deux équipes destinées au titre domestique et aux conceptions presque opposées, la faute notamment à une pénurie de défenseurs en Bavière. Alors, marteau ou enclume ?

‏Au moment du tirage au sort des huitièmes mi-décembre, on ne donnait pas cher de la peau de la Juventus. Le Bayern sortait alors d'une phase de poules tranquille à cinq victoires et 19 buts, tout en dominant allègrement la Bundesliga. Les Turinois, certes finalistes en titre, regrettaient eux les nuls face à Gladbach et surtout la défaite de la dernière journée concédée à Séville, permettant à Manchester City de prendre la tête sur le fil. D'autant plus que les Allemands ont battu les Italiens quatre fois lors de leurs six dernières rencontres, avec aucune défaite depuis 2005. De quoi être optimiste. Depuis, la donne a quelque peu changé. Si le Bayern domine toujours autant de la tête et des épaules son championnat, c'est aussi le cas de la Juve en Serie A, à la faveur d'une série de 15 victoires consécutives et d'une défense de fer (seulement 15 buts encaissés). Que ce soit en 3-5-2 ou en 4-3-3, le collectif d'Allegri est compact, solide, appliqué. Pierre angulaire de l'édifice, son axe central, l'autre BBC, est peut-être ce qu'il se fait de mieux à l'heure actuelle, à l'image d'un Bonucci en état de grâce.

‏Défense à trois contre défense à trou


Et si Chiellini ne sera probablement pas remis, ce n'est pas le cas de Khedira, qui devrait apporter des jambes volontaires face à ses compatriotes. En tout cas, Barzagli, peut-être le plus impressionnant lorsqu'il est en forme, se sent d'attaque : " Chaque équipe a ses faiblesses et c'est notre travail de les trouver. On va mettre un grand coup et être prêts pour la bataille. " Pourtant, Barzagli n'a pas à chercher bien loin la faiblesse de son adversaire, elle se situe là où il excelle : plein axe, devant son gardien. C'est bien simple, l'infirmerie de Säbener Strasse regorge de tout ce qui ressemble à un défenseur central : Jérôme Boateng, Medhi Benatia, Javi Martínez, encadrés par un Holger Badstuber résidant des lieux. Seul rescapé, Serdar Taşçı vient d'en sortir après une commotion, mais le joueur prêté par le Spartak Moscou n'est tout…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant