Incidents en Haïti après l'élection de Jovenel Moïse

le
0
    PORT-AU-PRINCE, 29 novembre (Reuters) - De violentes 
manifestations se sont produites mardi en Haïti après l'annonce 
de la victoire de Jovenel Moïse au premier tour de l'élection 
présidentielle, un résultat dénoncé par ses adversaires. 
    La police a procédé à des tirs de gaz lacrymogènes dans le 
quartier de La Saline à Port-au-Prince, bastion électoral du 
Fanmi Lavalas, le parti de l'ancien président Jean-Bertrand 
Aristide, qui a dénoncé "un coup d'Etat électoral". 
    Un journaliste de Reuters a entendu des coups de feu dans la 
capitale. L'ambassade des Etats-Unis a également fait état de 
manifestations, de coups de feu et d'incendies de pneus dans le 
centre de Port-au-Prince et à Malpasse, dans l'Est, ville proche 
de la République dominicaine. 
    Un porte-parole de la police nationale a déclaré que les 
forces de l'ordre étaient intervenues à La Saline mais n'a pas 
confirmé l'existence de troubles à Malpasse. 
    Jovenel Moïse, candidat du parti Tèt Kale de l'ancien 
président Michel Martelly, a été déclaré vainqueur avec 55,67% 
des voix lundi soir par la commission électorale. 
    Il a nettement devancé l'ingénieur Jude Célestin, de la 
Ligue alternative pour le progrès et l'émancipation haïtienne 
(Lapeh), arrivé en deuxième position avec moins de 20% des 
suffrages. 
    Le sénateur de gauche Moïse Jean-Charles a obtenu 11% des 
voix tandis que Maryse Narcisse du Fanmi Lavalas était proche 
des 9%, selon les résultats préliminaires. 
    La participation a été particulièrement faible et environ 
10% des bulletins n'ont pas été pris en compte en raison 
d'irrégularités. Dans un pays de dix millions d'habitants, 
Jovenel Moïse a été élu avec 600.000 voix. 
 
 (Jospeh Guyler Delva, avec Makini Brice, Pierre Sérisier pour 
le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant