Incidents dans un camp de réfugiés en Bulgarie

le
0
 (Actualisé avec nouveau bilan des interpellations et policiers 
blessés §2-5) 
    SOFIA, 25 novembre (Reuters) - Des réfugiés ont affronté la 
police et incendié des meubles et des pneus jeudi en Bulgarie, 
dans le camp de Harmanli dans le sud du pays, deux jours après 
le bouclage temporaire de l'installation en raison de la crainte 
de maladies contagieuses. 
    Les forces de l'ordre ont fait usage de canons à eau et de 
balles en caoutchouc pour ramener le calme et ont procédé à près 
de 200 interpellations, a annoncé le ministère de l'Intérieur. 
Quatorze policiers ont été blessés dans les échauffourées. 
    "Nous avons utilisé un canon à eau, des balles en caoutchouc 
ainsi que la force physique", a dit à des journalistes le 
Secrétaire général du Ministère de l'intérieur, Georgi Kostov, 
devant le plus grand camp de réfugiés du pays. 
    "Le nombre de migrants arrêtés est changeant. En ce moment 
ils sont plus de 200", a-t-il déclaré, précisant n'avoir pas eu 
connaissance de blessés parmi les migrants.  
    Le Premier ministre bulgare, Boïko Borissov, est attendu sur 
place dans les prochaines heures, a précisé une porte-parole. 
    La semaine dernière, des habitants de Harmanli avaient 
organisé un rassemblement pour réclamer que le camp soit fermé à 
la suite d'informations parues dans les médias locaux selon 
lesquelles ses résidents avaient des maladies de peau 
contagieuses.  
    L'Agence bulgare pour les réfugiés, qui gère le camp, a 
décidé de cantonner les occupants à l'intérieur afin de 
permettre aux autorités sanitaires d'enquêter et sa directrice, 
Petia Parvanova, a déclaré à la radio bulgare qu'il s'agissait 
de fausses rumeurs. 
    Le camp de Harmanli, près de la frontière turque, abrite 
quelque 3.000 personnes, des réfugiés afghans pour la plupart. 
Plusieurs bâtiments ont été endommagés lors des heurts entre ses 
résidents et les forces de l'ordre, mais aucun blessé n'a été 
signalé et le calme est revenu au bout de quelques heures, a 
déclaré une porte-parole du ministère de l'Intérieur.  
 
 (Angel Krasimirov et Tsvetelia Tsolova; Jean-Stéphane Brosse 
pour le service français, édité par Julie Carriat) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant