Incidents dans des camps de migrants en Grèce et en Bulgarie

le
0
Les îles grecques abritent près de 16 000 réfugiés alors que la capacité des camps est limité à 7 500 personnes.
Les îles grecques abritent près de 16 000 réfugiés alors que la capacité des camps est limité à 7 500 personnes.

Les incidents font suite à la mort de deux personnes dans un camp de Lesbos et à des mesures de confinement dans le camp d’Harmanli, au sud de la Bulgarie.

Une incendie provoqué par des migrants a fait des dégâts importants dans le camp de Moria sur l’île de Lesbos dans la nuit du jeudi 24 au vendredi 25 novembre. Ils réagissaient à la mort d’une femme et d’un enfant, tués par l’explosion d’une bonbonne de gaz.

La femme cuisinait au moment de l’explosion qui a déclenché l’incendie de sa tente. Au moins trois enfants, qui étaient sous la tente, ont été grièvement blessés.

Les îles grecques abritent près de 16 000 réfugiés dans des camps conçus pour 7 500 personnes. Les incidents s’y sont répétés depuis plusieurs mois.

200 migrants interpellés en Bulgarie En Bulgarie, des échauffourées ont éclaté dans le camp de Harmanli, près de la frontière turque. Dans la matinée, 1 500 réfugiés avaient mis le feu à des pneus et jeté des pierres sur la police pour protester contre des mesures de confinement. Ces mesures en cours depuis trois jours visent à stopper une épidémie de gale.

200 migrants ont été interpellés et quatorze policiers blessés par des jets de pierres.

13 000 migrants, principalement afghans, seraient bloqués en Bulgarie alors que l’Europe de l’Ouest a fermé ses frontières.

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant