Incidents à Paris lors d'une nouvelle manif contre le mariage gay

le
1
Incidents à Paris lors d'une nouvelle manif contre le mariage gay
Incidents à Paris lors d'une nouvelle manif contre le mariage gay
Le texte a été voté en première lecture à l'Assemblée et au Sénat. Il est revenu - dans une ambiance tendue - en deuxième lecture au Palais Bourbon et doit y être à nouveau soumis au vote mardi. L'issue du scrutin ne fait guère de doute, la gauche étant largement majoritaire. Et pourtant les anti-mariage gay « ne lâchent rien» et caressent l'espoir de gagner la bataille de la rue. Alors, même si la tension ne cesse de monter, ils lancent de nouveaux appels à manifester.

QUESTION DU JOUR. Mariage gay : les opposants doivent-ils cesser de manifester ?

Ce vendredi encore, comme chaque soir cette semaine, les opposants à l'ouverture du mariage et de l'adoption aux couples homosexuels ont manifesté à proximité de l'Assemblée nationale. Ils étaient quelque 2500 selon la police, 7000 selon les organisateurs. «Messieurs les CRS, rejoignez notre mouvement et matraquez les décadents», ont-ils notamment chanté. En fin d'après-midi, une cinquantaine de manifestants favorables au mariage homosexuel s'étaient rassemblés au métro Solférino à Paris pour dénoncer «l'homophobie ambiante» et réclamer l'ouverture de la protection médicale assistée «à toutes les femmes».

Les «anti» préparent la suite

Des incidents et des affrontements avec les forces de l'ordre ont émaillé les rassemblements de cette semaine. Deux personnes, interpellées mercredi et jeudi soir à Paris, vont d'ailleurs être déférées au parquet en vue d'être convoquées devant le tribunal correctionnel. Pour ce vendredi soir, le préfet de police avait prévenu : s'ils ne se dispersent pas après 22 heures, les manifestants risquent d'être interpellés. Passé cet horaire, 200 à 300 récalcitrants étaient toujours sur place. Et, alors que le service d'ordre de la manifestation avait déserté les lieux, une cinquantaine de personnes faisaient face aux CRS. «CRS en banlieue», «dictature socialiste», ont-ils hurlé, lançant de nombreux projectiles...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le samedi 20 avr 2013 à 10:13

    FH a ouvert la boite de "pandore" et l’ombre de la déchéance se répand inexorablement sur l’humanité ! Croyez-vous que l’on puisse défendre les vraies valeurs de la famille, devant de telles ignominies…TOUS les "dérapages" vont être permis…et TOUT va déraper ! Et voila comment l’inconscience et l’inconsistance d’une poignée d’individus mal dans leur peau, nous amène à l’éclatement de nos civilisations ! François, ce n'est pas joli ce que tu fais là, et RESPONSABLE TU SERAS !...