Incertitude sur le sort du cerveau des attentats de Paris-Molins

le
0

PARIS, 18 novembre (Reuters) - Les enquêteurs français n'ont encore pu déterminer si le commanditaire présumé des attentats du 13 novembre se trouvait mercredi au nombre des suspects tués lors de l'assaut de Saint-Denis, au nord de Paris, a déclaré le procureur de la République de Paris. Huit personnes, sept hommes et une femme, étaient en garde à vue mercredi soir à la suite de l'opération de police, qui s'est soldée par au moins deux morts dans les rangs des djihadistes présumés, qui étaient prêts à passer à l'acte. Au nombre des tués figure vraisemblablement une femme qui s'est fait exploser, mais "ce point devra cependant être vérifié", a dit François Molins lors d'une conférence de presse. "Les constatations dans l'immeuble sont extrêmement délicates et à l'heure où je vous parle je ne suis pas en mesure de vous donner un bilan précis du nombre définitif et des identités des personnes décédées", a-t-il précisé. Seule certitude pour l'instant : Salah Abdeslam, recherché depuis le 13 novembre pour les attentats de Paris et du Stade de France, et le commanditaire présumé des attentats, Abdelhamid Abaooud, ne figurent pas au nombre des gardés à vue, a dit François Molins. "Actuellement les identités des personnes interpellées dans l'immeuble ne sont donc pas formellement établies. (...) Les constatations prendront certainement un peu plus de temps que prévu puisque l'immeuble menaçait sur certaines parties de s'effondrer." Les autorités françaises ont reçu lundi en fin de journée un témoignage - validé par des vérifications téléphoniques et bancaires - faisant état de la présence d'Abaooud sur le territoire français, a-t-il ajouté. (Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant